Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 janvier 2017 - 14:13

Sylvain Rochon salue la reconnaissance imminente du drapeau Carillon de Saint-Jude comme bien patrimonial

Par Salle des nouvelles

Le député de Richelieu à l’Assemblée nationale, Sylvain Rochon, était particulièrement fier de participer, samedi, à l’annonce par le ministre de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ), Luc Fortin, de l’imminente reconnaissance du drapeau Carillon, à l’origine de l’actuel fleurdelisé, comme bien patrimonial. Ce classement officiel du drapeau, créé au tout début du 20e siècle par l’abbé Elphège Filiatrault, alors curé de la paroisse de Saint-Jude, est réclamé depuis plusieurs années par la population de Saint-Jude et ses élus.

« C’est un moment historique pour Saint-Jude, pour Richelieu et pour tout le Québec », s’est réjoui le député Rochon qui, depuis son élection, n’a pas ménagé les efforts auprès des ministres en poste pour obtenir cette reconnaissance officielle, au nom de la population de Saint-Jude. « Le classement du drapeau Carillon viendra attester de son authenticité et confirmer que c’est bien ce drapeau, dessiné et produit de façon artisanale vers 1902, qui a servi d’inspiration au drapeau du Québec, adopté officiellement en 1948. »

Sylvain Rochon a aussi tenu à souligner la contribution de Robert Mayrand, chargé de projets en patrimoine à la MRC des Maskoutains, celle du maire de Saint-Jude, Yves de Bellefeuille et celle de la famille Girouard qui a conservé précieusement le drapeau jusqu’à ce qu’il soit remis au Centre d'Histoire de Saint-Hyacinthe. « C’est grâce à leur sérieux, à leur conviction profonde et à leur ténacité que cette reconnaissance  pourra  finalement être obtenue. Ils peuvent en être fiers. Je suis pour ma part heureux d’avoir contribué à l’aboutissement de leur quête, en joignant ma voix à la leur, et je remercie le ministre Luc Fortin de nous avoir prêté une oreille attentive », a conclu le député.

Le processus de classement démarre aujourd’hui par la signature d’un Avis d’intention de classement par le ministre qui base sa décision sur un rapport d’expertise réalisé par le Centre de conservation du MCCQ. C’est l’étape déterminante. Cet avis qui contient la désignation du bien visé et un énoncé des motifs du classement, sera suivi d’une période de 60 jours pour permettre, s’il y a lieu, des représentations auprès du Conseil du Patrimoine. Le classement lui-même se fera dans les mois qui suivent l’avis d’intention avec la signature, par le ministre, d’un Avis de classement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Sorel-Tracy Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Sorel-Tracy Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.