Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Appui du gouvernement au projet de loi privé contre le travail forcé

durée 16h53
1 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

OTTAWA — Le ministre du Travail, Seamus O'Regan, a fait un pas de plus pour réprimer l'esclavage moderne en soutenant un projet de loi obligeant les entreprises canadiennes à s'assurer qu'elles n'utilisent pas le travail forcé ou n'exploitent pas les enfants comme travailleurs à l'étranger.

M. O'Regan accorde l'appui du gouvernement à un projet de loi d'initiative parlementaire exigeant que les entreprises et les ministères canadiens examinent les chaînes d'approvisionnement dans le but de protéger les travailleurs.

M. O'Regan a dit que les libéraux ne se contentaient pas de voter pour appuyer le projet de loi, mais qu'ils souhaitaient qu'il soit renvoyé au comité où ils pourraient le renforcer avec des amendements du gouvernement.

Le projet de loi, déposé par la sénatrice Julie Miville-Dechêne, obligerait les entreprises canadiennes à vérifier qu'aucun de leurs produits ou composants n'est fabriqué dans des ateliers clandestins employant des enfants ou des personnes obligées de travailler des heures excessives gratuitement ou pour un salaire dérisoire.

La sénatrice a averti que des produits tels que le café, le cacao et la canne à sucre pourraient être liés au travail des enfants ou fabriqués dans des usines de la région du Xinjiang en Chine où sévirait le travail forcé de membres de la communauté ouïghoure.

Le projet de loi interdisant l'esclavage a été soutenu à l'unanimité en deuxième lecture aux Communes par les conservateurs, le NPD, les verts et le Bloc québécois, et il passera maintenant au comité des affaires étrangères, une autre étape parlementaire avant de prendre force de loi.

La Presse Canadienne