Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

De nouvelles mesures fédérales pour prévenir les abus dans le milieu sportif

durée 13h10
12 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

MONTRÉAL — Ottawa mettra en place de nouvelles mesures afin de rendre le milieu sportif de haut niveau plus sécuritaire pour les athlètes. 

Dès avril 2023, Sport Canada apportera des changements aux accords de  financement conclus avec les organismes nationaux recevant de l'argent du fédéral, a annoncé la ministre des Sports, Pascale St-Onge, dimanche à Montréal. 

Les nouveaux prérequis seront élaborés au cours des prochains mois par Sport Canada. Ils auront pour objectif de faire respecter des exigences en matière de gouvernance, d'imputabilité et de sport sécuritaire.

«Cette révision est essentielle. Elle va nous permettre de renforcer la capacité à faire des suivis et des vérifications afin de s'assurer que les standards sont atteints auprès des organisations», a affirmé Mme St-Onge, également ministre responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec. 

L'un des prérequis sera notamment de rendre progressivement obligatoire l'adhésion au Bureau du commissaire à l'intégrité dans le sport (BCIS). Ce nouveau mécanisme, qui compte sur un budget de 16 M$ sur trois ans, amorcera ses activités le 20 juin. 

Le BCIS est une étape majeure pour briser la culture du silence dans le milieu du sport, estime Mme St-Onge. Il donnera «un chemin clair et fiable pour dénoncer les abus et les mauvais traitements, et obtenir une écoute et de l'appui», espère le gouvernement. 

Mme St-Onge a également annoncé que Sport Canada aura un comité consultatif composé d'athlètes. La formule reste à définir, mais il aura la tâche d'augmenter la représentation des athlètes dans le système sportif et de soumettre des conseils et des alignements cohérents avec la réalité des athlètes au pays.

―――

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Frédéric Lacroix-Couture, La Presse Canadienne