Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Des députés et des employés auraient été harcelés pendant le siège d'Ottawa

durée 16h49
21 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

OTTAWA — Le sergent d'armes de la Chambre des communes se dit «sidéré» par la façon dont la police d'Ottawa a permis que des députés et des employés de la colline du Parlement continuent à se faire harceler pendant les manifestations contre les restrictions sanitaires en février. 

Patrick McDonell, qui travaille en étroite collaboration avec le chef du Service de protection parlementaire, a déclaré mardi à un comité des Communes que les députés et les employés étaient victimes de harcèlement presque tous les jours sur la rue Wellington, au centre-ville d'Ottawa, qui relève de la police municipale.

Le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre étudie l'opportunité d'élargir la compétence fédérale quant à la sécurité opérationnelle de la Cité parlementaire afin d'inclure des sections de la rue Wellington, où des véhicules avaient stationné durant trois semaines pendant le «convoi de la liberté», et de la rue Sparks, qui comprend un mail piétonnier.

Le sergent d'armes McDonell, qui est aussi directeur de la sécurité institutionnelle de la Chambre des communes depuis 2015, a indiqué mardi qu'il y avait une voiture de police «tout à fait à portée de vue» des incidents de harcèlement qu'il décrivait, et que des événements étaient signalés «tous les jours» à la police d'Ottawa.

Il a raconté qu'une personne avait bloqué le passage de voitures de certains employés lorsqu'ils arrivaient sur un stationnement à proximité. Si l'employée était une femme, l'individu «frappait sa voiture» avant de s'écarter de sa route.

Le sergent d'armes a raconté également qu'une employée avait été abordée par un homme qui a tenté de lui jeter ce qui semblait être un sac d'excréments humains, avant qu'un autre employé n'arrive et ne pousse l'homme au sol.

La Presse Canadienne