Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

John Tortorella a été embauché comme entraîneur-chef pour revitaliser les Flyers

durée 20h58
17 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

PHILADELPHIE — John Tortorella est peut-être le seul entraîneur-chef de la LNH à avoir une compilation particulière de ses moments forts.

Il existe des versions censurées de ses coups de gueule. Des versions non censurées, aussi. Il est en colère contre les journalistes ou ses joueurs. Il existe une vidéo de six minutes des «moments de colère de John Tortorella», sur laquelle on peut cliquer après avoir regardé 10 minutes de ses moments les plus drôles.

Les Flyers de Philadelphie sont assurés d'amorcer la prochaine saison avec très peu de chances de gagner la coupe Stanley. Pourquoi les regarder? Parce qu'avec Tortorella comme entraîneur-chef, les Flyers ne seront pas ennuyants.

Tortorella est cependant plus qu'une machine à extraits sonores — il sait comment prendre des équipes en reconstruction et les transformer en gagnantes. Les Flyers, tel qu'ils sont construits actuellement, ne sont pas prêts à gagner.

Celui qui est surnommé «Torts» promet qu'ils le seront bientôt.

«Je vais être dur avec cette équipe dès le début, a indiqué Tortorella, vendredi. Ce sera un camp difficile, avec un gros volume de patinage. Ils en seront informés pendant l'été en ce qui concerne la façon dont nous allons aborder ça.»

Tortorella, qui fêtera son 64e anniversaire de naissance la semaine prochaine, a émergé comme le nouvel entraîneur-chef des Flyers après que l'équipe eut interviewé huit candidats. 

Le directeur général Chuck Fletcher voulait avoir un «entraîneur-chef respecté et expérimenté» avec «une longue feuille de route de succès». Il s'est entendu pour quatre ans avec Tortorella. Les Flyers n'ont pas participé à la finale de la Coupe Stanley depuis 2010 et ils n'ont pas soulevé le précieux trophée depuis leurs deux conquêtes consécutives, en 1974 et 1975.

«Ça ne prend pas beaucoup de temps aux joueurs pour me comprendre», a affirmé Tortorella.

Il est connu pour son tempérament et son style exigeant. Au fil des ans, Tortorella a eu des démêlés avec sa part de joueurs. Il a déclaré qu'il avait adouci son style et que les tactiques de la vieille école avaient été éliminées de la LNH. Mais les changements ne viennent qu'à un certain point.

«Je veux que l'équipe joue avec ardeur, a-t-il mentionné. Je pense que nous devons nous présenter et être plus difficiles à affronter. Dès que nous sortons de l'autobus. Dès que nous entrons dans l'aréna. Je veux que les autres équipes se disent qu'elles en auront plein les bras ce soir.»

Les Blue Jackets de Columbus avaient participé aux séries à seulement deux reprises en 15 ans d'existence lorsque Tortorella a pris les rênes de l'équipe. Ils ont fait partie des éliminatoires lors des quatre saisons suivantes.

Tortorella a aussi participé à la finale de l'Association Est avec les Rangers de New York, en 2012, et il a fait partie des séries lors de deux autres saisons avant d'être remplacé par Alain Vigneault, en 2013.

Avant qu'il devienne une dynastie de l'ère moderne, le Lightning de Tampa Bay n'avait participé aux séries qu'à une occasion lors de ses 10 premières saisons. Tortorella a été nommé entraîneur-chef en 2001 et il a guidé l'équipe aux demi-finales de l'Est, en 2003, avant de remporter la coupe Stanley avec le Lightning, en 2004.

Tortorella, qui a travaillé pour le réseau ESPN lors de la dernière saison, a rejeté les critiques selon lesquelles son style épuiserait rapidement les équipes. Il a montré une fiche de 673-541-37-132 en près de 20 saisons.

«On me place en quelque sorte dans une case, a-t-il exprimé. Je suis un entraîneur dur, mais je vais toujours être juste avec ces gars et ils auront une honnêteté totale de ma part.» 

Dan Gelston, The Associated Press