Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'Omnium des États-Unis aura lieu ce week-end à Boston, en pleine tourmente

durée 08h00
13 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

L'Omnium des États-Unis a renoué avec ses racines au Country Club, un lieu riche en histoire. 

C'est l'un des cinq clubs fondateurs de l''U.S. Golf Association' (USGA). Le premier Omnium des États-Unis, présenté en 1913, a permis au golf de se retrouver en Une des principaux journaux américains, grâce à la victoire surprise d'un golfeur amateur âgé de 20 ans, Francis Ouimet, contre deux légendes britanniques. 

Hors du parcours, il est important de noter que la région de Boston est le berceau de la Révolution américaine, ce qui allait de soi pour l'époque. 

Et c'est ce qu'est en train de vivre le golf présentement. 

Plus d'une dizaine de golfeurs du circuit de la PGA, parmi lesquels se retrouvent trois champions de l'Omnium des États-Unis, ont fait défection afin de se joindre au circuit rival qui est financé par l'Arabie saoudite — ce qui a contraint la PGA à les bannir. La ligne de front n'a plus rien à voir avec le long fleuve tranquille sur lequel voguait ce sport depuis sa création il y a 162 ans. 

Et c'est suffisant pour reléguer en toile de fond l'Omnium des États-Unis, le deuxième plus vieux championnat de golf, habituellement considéré comme le test le plus difficile de la saison. 

«C'est une époque étrange pour le golf professionnel, a admis l'Irlandais du Nord Rory McIlroy. Je l'ai dit il y a quelques semaines; il faudra attendre de voir comment la saison se déroulera.»

L'Omnium des États-Unis aura lieu à Brookline, au Massachusetts, pour la quatrième fois de l'histoire, du 16 au 19 juin, et déjà plusieurs intrigues se dessinent à l'horizon. 

Tiger Woods brillera par son absence, puisqu'il souhaite se préparer en vue de l'Omnium britannique qui aura lieu le mois prochain à St. Andrews.

Phil Mickelson disputera son premier tournoi du Grand Chelem cette saison. 

'Lefty' a récupéré d'une bourde de relations publiques au sujet du circuit financé par l'Arabie saoudite qui est parvenue à offusquer les deux parties. Il a déclaré qu'il n'était pas prêt à participer au Tournoi des Maîtres ou au Championnat de la PGA, mais qu'il voulait effectuer son retour lors du tournoi de golf sur invitations LIV en banlieue de Londres. 

L'USGA respectera le nom de son championnat — un «Omnium» — et permettra à tous ceux qui s'y sont qualifiés d'y participer. 

Quatorze golfeurs qui se sont qualifiés pour le tournoi ont participé au premier événement du circuit LIV, dont les champions Dustin Johnson, Martin Kaymer et Graeme McDowell.

Mickelson, comme tout le monde le sait, n'a jamais gagné l'Omnium des États-Unis. Imaginez s'il parvient finalement à l'emporter, après tant de déceptions — il a terminé deuxième à six reprises, le privant de compléter son Grand Chelem en carrière. 

«Je ne sais pas comment les autres le prendraient, mais j'aimerais bien ça», a admis Mickelson. 

Ce sera le premier tournoi officiel de Mickelson en sol américain depuis le 28 janvier, alors qu'il n'avait pu éviter le couperet pour les rondes du week-end à Torrey Pines. Et l'accueil pourrait être bien différent de celui de 2007, lorsqu'il avait remporté le Championnat Deutsche Bank au TPC Boston.

«Les spectateurs du nord-est des États-Unis sont passionnés et volubiles, a dit Justin Thomas. Les choses qu'on n'entend pas à Memphis ou Greensboro, tu sais qu'elles vont sortir à Boston. Je me souviens d'une ronde que je jouais avec Tiger à Shinnecock, et les gens le taquinaient avec son yacht.»

Quant au Grand Chelem, Mickelson a obtenu sept opportunités de le compléter depuis qu'il a triomphé à l'Omnium britannique de 2013 à Muirfield. Il n'a jamais percé le top-25 dans l'un de ceux-ci, et le fait qu'il fêtera son 52e anniversaire lors de la première ronde du tournoi n'aidera en rien sa quête. 

Doug Ferguson, The Associated Press