Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La formation des sauveteurs devient gratuite pour attirer plus de candidats

durée 15h48
21 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

Afin d’inciter plus de jeunes à devenir sauveteurs, la formation pour devenir sauveteurs ou moniteurs sera désormais gratuite.

La ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, en a fait l’annonce, mardi, dans le centre sportif du Stade olympique à Montréal. Au total, le gouvernement consacrera 21,5 millions $ pour atténuer la rareté de main-d’œuvre pour les sauveteurs et moniteurs.

«La première chose qu’il fallait faire, c’est d’enlever un frein pour ceux qui suivent la formation, explique la ministre en conférence de presse. On parle d’une formation qui tourne autour de 1000 $. Dans un contexte où les jeunes ont accès à plusieurs emplois, je pense qu’enlever ce frein-là va faire en sorte que nous aurons plus de sauveteurs.»

L’annonce a été faite dans le cadre du dévoilement du Plan d’action pour valoriser la pratique d’activités physiques, sportives et récréatives au Québec 2022-2027, qui prévoit des investissements totaux de 250 millions $ sur cinq ans. Le plan prévoit une série de mesures pour inciter les Québécois «à bouger», comme la formation d’entraîneurs et des programmes en milieu scolaire. 

La décision d’offrir gratuitement la formation répond aux demandes en ce sens faites par la Société de sauvetage, réagit son directeur général, Raynald Hawkins. «L’idée, c’est que personne n’aura à débourser de l’argent pour pouvoir devenir sauveteur.»

L’annonce survient dans un contexte de pénurie de sauveteurs et de moniteurs. Des piscines publiques ont dû fermer leurs portes ou réduire leurs heures en raison de l’impossibilité de recruter le personnel nécessaire.

Les mesures de confinement durant la pandémie ont fait perdre des cohortes de nouveaux sauveteurs. Une profession généralement exercée pour seulement quelques années durant les études. 

Il manquerait environ 500 sauveteurs et 1500 étudiants à la formation Médaille de bronze et Croix de bronze, estime M. Hawkins. «La pandémie a fait en sorte qu’il y a ceux que j’appelle des décrocheurs aquatiques. Mon jeune de 11-12 ans qui suivait des cours de natation [avant la pandémie], bien, il n’est plus là.»

La Presse Canadienne