Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La politique de l'Université de Toronto favorise la 3e dose chez les jeunes adultes

durée 00h38
5 août 2022
La Presse Canadienne, 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

TORONTO — La décision d'une université de Toronto d'exiger que ceux qui vivent dans des résidences étudiantes aient au moins trois doses d'un vaccin contre la COVID-19 pourrait favoriser la prise de la troisième dose chez les jeunes adultes, mais cela n'entraînera pas d'augmentation significative à moins que d'autres écoles ne suivent, selon des experts.

L'Université de Toronto a annoncé la semaine dernière qu'elle rétablissait une exigence de vaccination pour les personnes vivant dans ses résidences et la mettait à jour pour imposer au moins une dose de rappel. Elle a également recommandé à toutes les autres personnes sur le campus de rester «à jour» dans leurs vaccinations contre la COVID-19.

Le Dr Fahad Razak, directeur scientifique du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19, a déclaré que la politique pourrait aider à augmenter l'adoption de la dose de rappel chez les jeunes adultes, soulignant le grand nombre d'étudiants de l'université et les preuves de l'effet des exigences en matière de vaccins.

Mais il a dit qu'il y aurait probablement un plus grand impact sur l'adoption de la dose de rappel si d'autres universités et collèges mettaient en œuvre une politique similaire.

«Il semble y avoir des preuves assez solides que lorsque vous exigez que la vaccination se fasse dans un certain espace, davantage de personnes finissent par se faire vacciner grâce à cela», a-t-il déclaré.

«Si davantage d'universités suivaient une politique similaire, vous constateriez probablement une augmentation de la prise de la troisième dose du vaccin, ou potentiellement même d'autres doses.»

Le taux de couverture de la troisième dose dans le groupe d'âge des 18 à 29 ans est actuellement d'environ 36 % à l'échelle nationale, ce qui est inférieur à celui de tous les autres groupes d'âge d'adultes au Canada. En comparaison, environ 86 % de cette tranche d'âge ont reçu deux doses d'un vaccin contre la COVID-19.

La Dre Susy Hota, directrice médicale de la prévention et du contrôle des infections au University Health Network de Toronto, a déclaré que le fait que des établissements postsecondaires «s'alignent» sur les politiques en matière de vaccins contribuerait à encourager les jeunes adultes à recevoir leur troisième dose.

«Ce n'est jamais génial quand seulement un ou deux font quelque chose et que les autres ne le font pas», a-t-elle fait valoir. «Les gens peuvent choisir de ne pas aller dans des endroits qui ont des exigences supplémentaires s'ils se sentent lassés par cela et qu'il existe d'autres options.»

Dre Hota a ajouté que les exigences en matière de vaccins devraient évoluer au fil du temps à mesure que davantage de doses deviennent disponibles pour assurer une protection maximale, d'autant plus que l'immunité contre les vaccins diminue avec le temps.

«Il s'agit vraiment de se tenir au courant des immunisations», a-t-elle expliqué.

Avec les variants actuels qui se propagent, M. Razak et Mme Hota ont déclaré qu'avoir au moins trois doses d'un vaccin contre la COVID-19 offre aux gens un «meilleur degré de protection» contre le virus que seulement deux doses. Le Dr Razak a souligné que trois doses peuvent également prévenir l'aggravation de la maladie et des perturbations dans la vie d'une personne.

M. Razak a suggéré que la vaccination n'est «qu'une partie de la stratégie» contre la COVID-19, et a déclaré que les universités, qui ont souvent des bâtiments plus anciens, devraient investir dans des systèmes de filtration de l'air et promouvoir également le port du masque.

L'Association des étudiants de l'Université de Toronto a indiqué qu'elle soutenait la politique de l'université d'exiger trois doses d'un vaccin contre la COVID-19 pour ceux qui emménagent dans les résidences du campus, ajoutant qu'elle est «profondément reconnaissante de voir l'université être proactive et prudente alors que nous entrons dans une autre chute imprévisible.»

Cependant, l'association a souligné que «la responsabilité de la réduction de la COVID-19 dans les résidences ne devrait pas être placée uniquement sur les étudiants». Elle a demandé à l'université de poursuivre son initiative de test des eaux usées, de continuer à proposer des tests de dépistage rapides aux étudiants, d'améliorer la ventilation de ses bâtiments et de désinfecter fréquemment les espaces communs.

L'université a cessé d'exiger une preuve de vaccination pour ceux qui assistent aux cours en personne le 1er mai. Elle a également progressivement levé l'obligation de porter le masque dans les espaces intérieurs, mais encourage toujours les gens à porter à le porter dans les espaces intérieurs à haute densité lorsque la distance physique n'est pas possible.

Noushin Ziafati, La Presse Canadienne