Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Lance Stroll estime avoir une voiture compétitive pour son Grand Prix national

durée 19h18
17 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

MONTRÉAL — Lance Stroll ne l'a pas facile depuis le début de la saison. Non seulement a-t-il été limité à deux 10es positions, mais son coéquipier chez Aston Martin, le quadruple champion du monde Sebastian Vettel, prend plus souvent qu'autrement l'ascendant sur lui.

Le Québécois de 23 ans s'encourage comme il peut et il espère que le passage devant les siens ce week-end lui permettra de prendre un nouveau départ.

Limité au 12e chrono de la deuxième séance d'essais libres, vendredi après-midi, il estime qu'il dispose d'une voiture qui devrait lui permettre d'être compétitif lors des qualifications. D'autant plus que Vettel s'est offert le quatrième temps, à seulement trois dixièmes du meneur du jour, Max Verstappen de Red Bull.

«Aujourd'hui, nous avons été compétitifs en tant qu'équipe», a-t-il confié en fin d'après-midi alors que la pluie se mettait de la partie sur le circuit Gilles-Villeneuve de l'Île-Notre-Dame.

«En P2, je me suis retrouvé dans le trafic à mon dernier tour lancé et je n'ai pas eu l’opportunité d’améliorer mon temps. Mais, nous avons démontré que nous avons la vitesse pour être en Q3 demain. C'est l'objectif.»

La pluie pourrait venir jouer les trouble-fêtes lors de la séance de qualification, ce qui ajouterait du suspense.

«Ça peut être intéressant avec la pluie, a-t-il noté. C’est tout le temps différent sous la pluie.»

Questionné sur les récentes améliorations aérodynamiques apportées à la voiture, il n'a pas été très loquace.

Il a par ailleurs apprécié l'accueil du public lorsque les monoplaces sont entrées en piste sous le coup de 14h pour la première fois depuis 2019.

«Ça fait du bien de revenir à Montréal, de ressentir toute l’énergie de la foule. C'est spécial.»

En carrière, Stroll compte deux top-10 en trois courses au Grand Prix du Canada. Il avait terminé à la 9e place en 2017 avec Williams, puis de nouveau en 2019 avec Racing Point.

Marc Delbès, La Presse Canadienne