Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le «mot en F» n'a pas la même «brutalité» sur les ondes francophones, selon un comité

durée 15h35
8 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

MONTRÉAL — Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) a statué qu'il était acceptable pour les stations de radio francophones de diffuser des chansons en anglais contenant le mot «fuck», même pendant le jour.

L'organisme affirme que lorsque l'ensemble de la programmation est en français, seules les chansons diffusées pendant le jour qui reprennent fréquemment le «mot en F» ou qui l'utilisent pour insulter quelqu'un enfreignent le code d'éthique que se sont donné les radiodiffuseurs privés canadiens.

Au Canada anglais, le code d'éthique de l'organisme limite la diffusion de ce mot et de ses variantes aux émissions tardives de la soirée. Mais le Conseil a déjà reconnu que ce mot n’avait pas la même «brutalité» lorsqu’il était utilisé par des francophones. Le CCNR a ainsi créé une norme différente pour la diffusion de ce mot anglais dans des émissions francophones.

Dans une décision rendue en 2016, l'organisme concluait que «tout d’abord, en français, le mot "fuck" n’a pas la même connotation vulgaire qu’en anglais, et ensuite que le langage évolue et qu’il faut y voir le reflet de la société actuelle». 

L'organisme d'autorégulation du secteur de la radiodiffusion a indiqué mercredi que son comité décideur francophone avait étudié la plainte d'une auditrice anglophone, qui a demandé le 7 décembre 2021 au CCNR des questions sur la diffusion de mots vulgaires dans des chansons en anglais diffusées au Québec. 

La dame expliquait alors que ses jeunes enfants entendaient «un langage violent, vulgaire et à caractère sexuel» lorsqu’ils écoutaient la radio en voiture, sur une station de musique pop de Québec, CHXX-FM. L'auditrice a cité les chansons en anglais «That's What I Want» de Lil Nas X, «Just Look Up» d’Ariana Grande et Kid Cudi, et «abcdefu» de Gayle, mais aussi la chanson francophone «Gayé», de FouKi. 

L'organisme a conclu que la présence occasionnelle du «mot en F» était acceptable, même si l'une des chansons analysées, «abcdefu» de Gayle, violait effectivement le code de déontologie, parce que l'insulte était dirigée à plusieurs reprises contre des personnes de l’entourage de l’ex-amoureux de la chanteuse. Par ailleurs, le comité souligne qu’il existe une version expurgée de cette chanson, qui pourrait être diffusée aux heures de grande écoute.

Par contre, le comité décideur conclut que la diffusion de la chanson francophone «Gayé», de FouKi, «qui comprend cinq fois le mot ''fuck'' et une fois le mot ''ostie''», respectait les critères établis dans des décisions antérieures du CCNR.

La Presse Canadienne