Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Relégués en fond de grille, Stroll et Vettel rongent leur frein

durée 18h55
18 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

MONTRÉAL — Même la pluie n’a pu venir à l'aide du Québécois Lance Stroll, samedi après-midi, lors des qualifications du Grand Prix du Canada de Formule 1.

Habituellement compétitives sur un tracé détrempé, comme c’était le cas en fin d’après-midi sur le circuit Gilles-Villeneuve, les Aston Martin de Lance Stroll et Sebastian Vettel n’ont même pas franchi Q1, ce qui les condamne à prendre le départ de la course, dimanche, en fond de grille.

Vettel s’est classé 17e, tout juste devant Stroll. L’après-midi avait pourtant bien commencé alors que Vettel avait signé le troisième chrono de la dernière séance libre disputée également sur piste mouillée en début d'après-midi.

L’Allemand était visiblement sous le choc après sa déconvenue puisque l’équipe n’a rien modifié à sa voiture entre les deux séances.

«C’est très frustrant, car nous ne savons pas ce qui s’est passé, a analysé Vettel. C’était très difficile de piloter, je glissais beaucoup, je n’avais pas d’adhérence à l’arrière. Il y a clairement quelque chose qui n’a pas fonctionné.»

Stroll n’avait pas davantage d’explications, lui qui a été limité à seulement deux points après huit courses cette saison.

«Nous étions assez compétitifs en P3, c'est donc décevant de ne pas avoir été capable de répéter ça en qualifications, a précisé le pilote de 23 ans. Il n'y avait tout simplement pas d'adhérence, ce qui signifie que nous nous sommes retrouvés coincés à l'arrière du peloton.

«Le drapeau jaune vers la fin de la séance m'a empêché de faire un bon tour au moment où les conditions s'amélioraient et que la piste était plus rapide d'une seconde au tour.»

Les deux pilotes espèrent maintenant améliorer leur sort à la faveur d’un bon départ.

«Nous sommes plus rapides que les voitures tout juste devant nous, a noté Vettel. Ce n’est pas idéal de partir d’aussi loin, mais il faut espérer un bon départ et que la stratégie nous permette de faire quelque chose.»

Marc Delbès, La Presse Canadienne