Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Repêchage de la NBA: Mathurin veut avoir la chance de vite contribuer

durée 16h46
16 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

À une semaine du repêchage de la NBA, où il est un espoir très en vue, Bennedict Mathurin souhaite avant tout atterrir dans un club où il pourra s’épanouir et contribuer, sans trop tarder.

«Ça peut bien paraître d'être choisi à tel rang, mais je veux surtout un endroit où je peux avoir un impact dès le départ, a dit le Montréalais en vidéoconférence, jeudi. «Je veux pouvoir aider rapidement. C’est aussi une question de développement.»

Le repêchage aura lieu le 23 juin au Barclays Center, à Brooklyn.

Le Québécois pourrait entendre son nom dans les rangs cinq à sept – dans l’ordre les Pistons, les Pacers et les Trail Blazers, les trois clubs avec qui il a eu des entraînements, à ce jour.

D’autres experts voient Mathurin choisi huitième, par les Pelicans. Le principal intéressé a aussi discuté avec d’autres clubs lors du camp des espoirs de la NBA le mois dernier, à Chicago.

Avant de s'illustrer dans la NCAA, le joueur de Montréal-Nord a opté en 2018 pour la NBA Academy de l’Amérique latine, au Mexique.

On y trouve des entraîneurs ayant de l’expérience chez les pros, dans la NCAA et à l'international. 

«Ç’a été une expérience fantastique, a dit Mathurin, qui aura 20 ans dimanche. Vivre dans un autre pays et habiter seul, ç'a m’a aidé pour ce que je vivrais plus tard. 

«J’ai pu côtoyer des gens extraordinaires et comprendre ce qu’il faut faire pour passer à un autre niveau.»

Athlète de six pieds six et 210 livres, Mathurin a ensuite évolué pendant deux saisons avec l'Université de l'Arizona. 

Joueur de l’année de la section Pac-12, Mathurin a bonifié sa moyenne de points par match de 10,8 à 17,7, de sa saison recrue à la deuxième. 

Il a été nommé parmi les 10 joueurs d'élite Wooden All-American, après sa deuxième campagne. 

Mathurin a dit jeudi que chacun de ses entraînements s'est bien passé.

Questionné au sujet des Pacers, il a dit qu'il se verrait bien avec eux, soulignant le talent de joueurs comme Tyrese Haliburton et Myles Turner, mais aussi la présence d’un entraîneur de renom comme Rick Carlisle.

Les racines de Carlisle sont dans le nord de l’état de New York. 

Se trouvant 15e de l’histoire pour les victoires dans la NBA, l’homme de 62 ans est aussi le président de l’Association des entraîneurs de la NBA.

Depuis 2014, l’Indiana a été battu au premier tour cinq ans de suite, n’atteignant pas les séries lors des autres occasions. 

L’équipe vient de connaître sa pire saison depuis le milieu des années 1980, un rendement de 25-57. 

L’Indiana a connu beaucoup de succès dans les années 1990, avec notamment Reggie Miller et Mark Jackson. 

Pour Mathurin, la route vers le succès a été marquée d’une tragédie. 

Quand il avait 12 ans, son frère aîné Dominique a perdu la vie dans un accident de vélo, à 15 ans.

«Il est la raison pourquoi je vais de l’avant, a dit Mathurin, jeudi. Il est la raison pourquoi je veux être le meilleur dans ce que je fais.»

Mathurin et sa grande soeur Jennifer ont trouvé la force de traverser l’épreuve, notamment grâce au sport.

Jennifer a joué au basket durant quatre ans avec North Carolina State; elle est maintenant entraîneure adjointe à Bishop’s, du côté féminin.

«Elle était mon idole et elle l’est encore, a déjà dit Mathurin. Elle m’a toujours poussé à m’améliorer. Elle a veillé à bien m’orienter pour que je puisse avoir du succès.»

Jeudi, il a également dit ceci : «C’est grâce à elle que je suis devenu quelqu’un de très confiant.»

Plusieurs experts ont noté le côté explosif du Québécois, mais aussi sa volonté de tirer et le taux de succès des tirs, notamment dès qu'il saisit une passe. 

Les Wildcats ont montré une fiche globale de 33-4 cette saison.

Dans le Sweet Sixteen du March Madness, ils ont été vaincus 72-60 par l’Université de Houston. 

Mathurin a obtenu 15 points dans ce match, après des récoltes de 18 et 30 points lors des deux premiers matchs du tournoi. 

L'Arizona était dirigé par Sean Miller à sa première saison, et par Tommy Lloyd à sa deuxième. 

Mathurin a fait valoir que le premier étant plus axé sur la défense et le deuxième sur l’attaque, ç’a l’a aidé à devenir plus polyvalent. 

L'an dernier, Mathurin a aidé le Canada à mériter le bronze à la Coupe du monde U19 de la FIBA, en Lettonie. 

Il a grandi dans le même coin de la métropole que Luguentz Dort, qui a fait sa place avec brio avec le Thunder, depuis trois ans. Il considère Dort comme un bon ami.

Le domicile des Nets a accueilli le repêchage à chaque année depuis 2013 sauf en 2020, en raison de la pandémie.

Jean-François Tremblay, La Presse Canadienne