Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Témoignage du policier de la SQ qui avait tué par balle un adolescent à Lac-Brome

durée 14h37
15 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

SHERBROOKE, Qc — Le policier de la Sûreté du Québec qui a tué par balle un adolescent à Lac-Brome, dans les Cantons-de-l'Est, affirme que le jeune homme représentait clairement un danger pour les policiers.

Joël Desruisseaux a déclaré mercredi à l'enquête de la coroner sur la mort de Riley Fairholm qu'un de ses collègues avait demandé à plusieurs reprises à l'adolescent de déposer son arme. Il a ajouté qu'il n'y avait aucun signe que la situation pourrait être désamorcée.

L'interaction entre Riley Fairholm, âgé de 17 ans, et les policiers de la SQ au petit matin du 25 juillet 2018 a duré un peu plus d'une minute, avant que l'agent Desruisseaux ne tire une balle à la tête de l'adolescent, dans le stationnement d'un restaurant abandonné.

On a appris jusqu'ici à l'enquête de la coroner que la police ne savait pas que l'adolescent, peu de temps avant qu'il compose lui-même le 9-1-1, avait laissé à ses parents une note annonçant qu'il allait se suicider.

L'agent Desruisseaux a indiqué mercredi que les policiers qui avaient répondu à l'appel ne savaient pas non plus que l'arme tenue par l'adolescent était en fait un pistolet à air comprimé, et non une arme de poing.

La fusillade a fait l'objet d'une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes du Québec (BEI), et le Directeur des poursuites criminelles et pénales a ensuite décidé de ne pas porter d'accusations.

La famille de Riley Fairholm critique le travail de la police et du BEI pour leur manque de transparence dans ce dossier.

Plusieurs policiers de la SQ doivent témoigner dans le cadre de cette enquête présidée par la coroner Géhane Kamel, au palais de justice de Sherbrooke.

La Presse Canadienne