Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Tuerie en Nouvelle-Écosse: le tueur a échappé à la police de Truro en 9 minutes

durée 09h35
6 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

TRURO, N.-É. — Un tueur de masse dans une réplique d'un véhicule de police a pu traverser sans être détecté la plus grande ville de la Nouvelle-Écosse, à proximité de ses meurtres, passant inaperçu près des agents locaux qui avaient reçu des descriptions de la fausse voiture plus d'une heure plus tôt.

Le meurtrier a échappé à la GRC après avoir abattu deux femmes sur une route près de Debert, en Nouvelle-Écosse, et est entré à Truro le matin du 19 avril 2020 – le deuxième jour d'un saccage de 13 heures qui a coûté la vie à 22 personnes.

Selon un résumé fourni par une enquête publique lundi, le tireur est entré dans la ville vers 10 h 11 et est parti neuf minutes plus tard, passant à quelques pâtés de maisons de deux agents locaux.

Le document note que le caporal Edwin Cormier, du service de police de Truro, était de service à ce moment-là, supervisant les agents Dan Taylor, Jason Reeves et Thomas Whidden.

Il dit également que le sergent d'état-major de la GRC Bruce Briers avait contacté M. Cormier pour l'informer que le tueur se trouvait dans «un modèle entièrement marqué et plus récent (...) qui ressemble à une Ford», semblable à un véhicule de la GRC. À ce moment-là, le numéro d'appel sur le côté de la voiture avait également été diffusé.

M. Briers a suggéré aux policiers de Truro d'enfiler leur gilet pare-balles au cas où ils rencontreraient le tueur, bien qu'il ait clairement indiqué qu'il ne savait pas où se trouvait la voiture.

À 8 h 51, M. Cormier a communiqué par radio à tous les agents de son quart de travail et leur a donné les informations mises à jour qu'il avait reçues. L'un des officiers a déclaré dans une entrevue à l'enquête le mois dernier qu'il était «décontenancé» à l'idée de rencontrer la réplique du véhicule.

«J'avais son visage (d'après une photo), mais à ce moment, je me disais : "Ce n'est pas assez bien", a déclaré M. Taylor. J'avais l'impression que qui qu'il soit, il pourrait probablement me tomber dessus à moins que mon arme ne soit pointée sur chaque voiture de patrouille qui se présentait dans le stationnement»

Une vidéo recueillie auprès d'entreprises locales après le 19 avril a reconstitué l'itinéraire de Gabriel Wortman à travers Truro. Alors que le tueur conduisait le long de la rue Main devant un concessionnaire automobile, les données GPS indiquent que M. Cormier se dirigeait vers le poste de police de la rue Prince, à Truro, à seulement 1,6 kilomètre de Gabriel Wortman, qui approchait.

Pendant ce temps, M. Taylor était stationné à l'extérieur du centre de santé communautaire de Colchester East Hants à environ 5,6 kilomètres, tandis que M. Reeves patrouillait non loin de l'hôpital. L'hôpital avait demandé un policier plus tôt, car il attendait une victime de Portapique, le village où la fusillade a commencé.

Les caméras vidéo du Dairy Queen au centre-ville ont capté la réplique de la voiture du tueur à l'intersection de la rue Prince, à seulement 500 mètres du poste de police.

Vers 10 h 17, le tireur a croisé deux piétons marchant sur le trottoir près d'une boulangerie et d'un café locaux.

Au moment où la répartitrice de la police de Truro, Brittanee Steeves, a reçu un appel à 10 h 22 l'informant de plusieurs autres appels au 911, dont un concernant les meurtres à Debert, le tueur avait dépassé le détachement de la GRC à Millbrook, en périphérie de Truro.

Quinze minutes plus tard, alors que Gabriel Wortman était parti depuis longtemps, la police de Truro a reçu un appel téléphonique d'un répartiteur de la GRC transmettant une demande de confinement de la ville.

Cependant, les transcriptions audio indiquent une confusion de la part de la police de Truro sur ce que signifiait le confinement de la ville. La superviseure de la répartition de la GRC, Kristen Baglee, a semblé avoir du mal à répondre aux questions lors d'une conversation avec M. Cormier.

«Euh, quand tu dis de fermer, qu'est-ce que tu veux dire?», a demandé M. Cormier.

«Eh bien, je ne sais pas si vous avez besoin, euh, peut-être que vous pouvez faire quelques, quelques barrages routiers sur la route principale», a répondu Mme Baglee.

L'inspecteur de la police de Truro Darrin Smith s'est également entretenu avec Mme Baglee, qui a confirmé que la réplique du véhicule vue sur une photo qui avait été transmise plus tôt était chargée d'armes.

Elle a ensuite mentionné, comme elle l'avait fait à M. Cormier, qu'il pouvait également conduire une camionnette Ford blanche qui avait été vue quittant la région de Glenholme, en Nouvelle-Écosse. «C'est l'un des véhicules qui n'a pas été localisé qui lui est associé», a déclaré Mme Baglee à M. Smith. M. Smith a transmis l'information par radio à tous les membres de la police de Truro.

Dans une entrevue dans le cadre de l'enquête, M. Smith a exprimé sa perplexité face aux informations de la GRC et à sa demande de confinement. Il a dit qu'il pensait à ce moment que la réponse n'était pas coordonnée et que la demande était motivée par la «panique» et le besoin de «juste faire quelque chose».

Michael Tutton et Keith Doucette, La Presse Canadienne