Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une politique «En Alerte» de la GRC deux ans après la tuerie en Nouvelle-Écosse

durée 15h09
17 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

1 minute

Par La Presse Canadienne, 2022

OTTAWA — Près de deux ans après avoir été critiquée pour ne pas avoir lancé d'alerte d'urgence lors d'un carnage par un tireur sur une période de 13 heures en Nouvelle-Écosse, la GRC a enfin mis en place une politique nationale du système En Alerte.

La politique interne de huit pages est entrée en vigueur le 1er mars et a été fournie à La Presse Canadienne par la GRC.

Elle décrit les circonstances dans lesquelles une alerte publique peut être utilisée, y compris les situations de tireur actif, les attaques terroristes, les émeutes et les catastrophes naturelles.

La politique stipule que les superviseurs ou les commandants d'unité peuvent approuver une demande d'alerte, en soupesant son urgence et sa gravité, et note qu'il y aura une augmentation des appels une fois l'alerte déclenchée.

En avril 2020, le tireur Gabriel Wortman a assassiné 22 personnes en Nouvelle-Écosse, vêtu comme un policier et conduisant une réplique d'un véhicule de patrouille, et le système d'alerte d'urgence n'a jamais été activé pour avertir le public.

La GRC a déclaré qu'elle était en train de rédiger une alerte lorsque le tireur a été tué par la police, mais l'enquête publique en cours sur la fusillade a également révélé que les officiers supérieurs ne savaient pas comment utiliser le système.

La Presse Canadienne