Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Projet de loi no 41

Les Producteurs de grains du Québec réclament des amendements au projet de loi sur les agronomes

durée 07h35
7 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Catherine Deveault

S'ils accueillent avec intérêt les dispositions prévoyant l'amélioration de la qualité des services des agronomes, notamment en fournissant un cadre qui leur permettrait de pratiquer en toute indépendance, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) sont forcés de constater que le projet de loi no 41, Loi modifiant la Loi sur les agronomes, met sérieusement à mal la capacité des producteurs à gérer leur entreprise agricole et banalise leurs efforts de formation autant que leur implication en faveur des meilleures pratiques.

À défaut d'amendements majeurs protégeant la liberté d'action des producteurs et reconnaissant les compétences acquises, que ce soit en contexte académique, de formation professionnelle ou par l’expérience, les PGQ demandent aux membres de l'Assemblée nationale de ne pas consentir à l'adoption de ce projet de loi avant les prochaines élections.

« Banaliser les efforts de formation des agriculteurs d'aujourd'hui et de demain est un très mauvais message et certainement contraire aux orientations reconnues par la société. Ne pas reconnaître l’autonomie du producteur, de notre point de vue, est une faute très grave et lourde de conséquences pour le monde agricole », affirme M. Christian Overbeek, président des PGQ.

Les PGQ réitèrent leur recommandation incluse dans leur mémoire déposé lors de la commission parlementaire sur les pesticides à l’effet que les gestes appropriés soient faits pour encourager un encadrement et une surveillance qui garantissent la qualité des services des membres d’ordres professionnels. Si les objectifs officiels du projet de loi no 41 s’inscrivent dans le sens de cette recommandation, son texte complet va manifestement trop loin.

« À la limite, il faudrait que tous les agriculteurs du Québec deviennent soudainement des agronomes pour continuer à assurer la sécurité alimentaire du Québec et le développement économique de nos régions. Remplacer un conflit d'intérêts par du corporatisme n'est pas une solution », conclut le président des PGQ.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Le prix moyen d'une maison en août était de 67 % supérieur au «niveau abordable»

Le directeur parlementaire du budget affirme que le prix national moyen d'une propriété en février était supérieur de plus de 50 % à ce qu'il était il y a deux ans, avant la pandémie. Dans un nouveau rapport, publié jeudi, le directeur parlementaire du budget (DPB) indique que le prix national moyen des propriétés au Canada est ainsi passé de 551 ...

21 septembre 2022

Des augmentations de salaire de 4,1 % au Québec en 2023

Les employeurs du Québec s'attendent à devoir augmenter les salaires dans leur établissement de 4,1 % l'an prochain, rapporte l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec. Il s'agit de la prévision de hausses salariales la plus élevée depuis 2008, selon l'Ordre. C'est le secteur des technologies de l'information et des ...

12 septembre 2022

«Un très bel été» en hôtellerie dans toutes les régions du Québec

Alors que les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration ont été durement touchés au plus fort de la crise sanitaire, le milieu souffle enfin un peu après avoir connu «un très bel été», selon la présidente-directrice générale (PDG) de l'Association Hôtellerie Québec (AHQ), Véronyque Tremblay.  La saison estivale a été «au-delà» de ses ...