Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Le ministre François-Philippe Champagne en visite au Japon

Ottawa veut attirer les constructeurs japonais de véhicules électriques au pays

durée 15h00
7 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le ministre de l'Innovation François-Philippe Champagne affirme que la synergie entre les industries canadiennes de l'automobile et des mines pourrait permettre de convaincre davantage de constructeurs à s'installer au pays pour produire des véhicules électriques et les batteries qui les propulsent.

En huit semaines, au printemps dernier, des constructeurs automobiles et des fabricants de batteries ont annoncé des investissements de plus de 13 milliards $ au Canada, dont dans la fabrication de pièces, de batteries, d'autobus et de voitures électriques.

Ces annonces prévoyaient aussi, dans certains cas, la conversion ou l'agrandissement d'usines existantes.

Le ministre Champagne est en voyage au Japon cette semaine, où il doit rencontrer plusieurs constructeurs automobiles qui ne sont pas encore présents au Canada, comme Mitsubishi, Nissan et Subaru.

Dans son plaidoyer, le ministre dit vouloir convaincre ces entreprises que dans un monde où les chaînes d'approvisionnement causent de sérieux maux de tête aux manufacturiers, le Canada dispose d'une main-d'œuvre qualifiée, des matières premières nécessaires et de la stabilité qu'ils recherchent.

Il se plaît à répéter aux entreprises que «la stabilité, la prévisibilité et la règle de droit sont en forte demande, mais que l'offre se fait rare».

Bien que des rencontres sont aussi prévues avec les géants Honda et Toyota, qui sont déjà en voie de convertir leurs usines canadiennes pour produire des véhicules électriques, les discussions ne sont pas les mêmes, admet le ministre.

«Si vous parlez à des gens qui ont déjà une présence établie au Canada, c'est différent parce qu'ils ont déjà des investissements», note-t-il.

En ce qui concerne les autres constructeurs, M. Champagne rapporte que la majorité d'entre eux lui a répondu rechercher trois éléments avant d'investir, soit le talent, l'écosystème et les ressources.

«Quand vous mettez tout cela ensemble, le Canada devient un fournisseur de choix», estime le ministre.

Ce voyage au Japon fait suite à un précédent séjour en Europe, au printemps dernier, où M. Champagne a rencontré les constructeurs allemands, comme Volkswagen, qui rivalise régulièrement avec Toyota pour le titre de plus grand constructeur du monde.

Le ministre prépare un autre voyage en Asie, qui devrait inclure la Corée du Sud, à l'automne.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 février 2024

SAQ: des syndiqués se prononceront sur un mandat de 15 jours de grève

Les syndiqués des magasins et bureaux de la Société des alcools du Québec seront appelés, vendredi, à se prononcer sur un mandat de 15 journées de grève, à exercer au moment opportun. Les résultats du vote ne seront toutefois dévoilés que samedi. Les principaux points en litige sont la création de postes permanents et les horaires de travail, ...

29 février 2024

Étude: les droits des non-syndiqués sont mal protégés, favorisant les accidents

Malgré la réforme du régime de santé et de sécurité du travail, les droits des personnes non syndiquées au Québec sont moins bien protégés, ce qui favorise les accidents de travail et les maladies, soulève une nouvelle étude de l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS). Selon l'étude publiée jeudi, la loi modernisant le ...

28 février 2024

L'UPA lance un appel à l’aide pour faire face à la baisse de revenu

L'Union des producteurs agricoles (UPA) lance un appel à l’aide pour faire face à la baisse de revenu net des agriculteurs. Selon un communiqué diffusé par l’UPA mercredi, Agriculture et Agroalimentaire Canada prévoit que le revenu net agricole québécois passera de 959 millions $ en 2022 à 487,1 millions $ en 2023 et à 66 millions $ en ...