X
Rechercher
Publicité

Rapport Cloutier

Projet de loi 32: Québec vise à mieux protéger la liberté académique

durée 12h08
7 avril 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

La liberté académique des enseignants universitaires doit être mieux définie et mieux protégée, nécessitant désormais un encadrement législatif pour éviter les dérapages ou l’autocensure.

C’est la conclusion à laquelle en est venue la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, qui a déposé mercredi le projet de loi 32, stipulant que l’enseignement universitaire devait pouvoir s’exercer sans contrainte «doctrinale, idéologique ou morale».

Chaque institution universitaire devra se doter d’une politique de liberté académique et s’assurer de la mise en oeuvre de cette politique, incluant l’obligation d’examiner le bien−fondé des plaintes reçues à cet égard.

De plus, l’université devra nommer une personne spécifiquement responsable de la liberté académique et chargée d’appliquer la politique de l’établissement en la matière.

Le projet de loi fait suite au dépôt du rapport, en décembre dernier, du comité d’experts chargé de formuler des recommandations au gouvernement en vue d’assurer l’autonomie du milieu universitaire et sa liberté d’expression. Le comité était présidé par l’ex−ministre Alexandre Cloutier, devenu vice−recteur à l’Université du Québec à Chicoutimi. 

En entrevue téléphonique, il s’est dit très satisfait de la réponse gouvernementale, qui reprend les principales recommandations de son rapport, particulièrement en ce qui a trait au règlement des litiges.

M. Cloutier est d’avis qu’en matière de liberté d’expression en milieu académique le Québec est en train de se positionner comme un leader à travers le monde, grâce à ce projet de loi.

Le comité Cloutier avait été mis sur pied par le gouvernement en août dernier, à la suite de quelques incidents survenus en milieu universitaire et relayés dans l’actualité, dont le fait qu’une enseignante de l’Université d’Ottawa, Verushka Lieutenant−Duval, avait été suspendue, dans la foulée d’une plainte pour avoir utilisé dans sa salle de cours le mot tabou qui commence par la lettre «N», jugé raciste.  Sa suspension avait soulevé un tollé.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


23 avril 2022

Alloprof célèbre ses 25 ans d'existence

L’organisation Alloprof a soutenu plus d’un million d’élèves au courant de ses 25 années d’existence et cela tout à fait gratuitement. Un total de 230 millions d’accompagnements a été fait. Ne se reposant pas sur son succès, Alloprof revient sur ses réussites et se tourne vers l’avenir en dévoilant un aperçu de ses grands chantiers, ainsi qu’un ...

15 avril 2022

Retour à trois bulletins scolaires pour 2022-2023

Le gouvernement du Québec annonce le retour à trois bulletins pour les élèves du primaire et du secondaire à compter de la prochaine année scolaire. L’annonce est venue du ministre de l’Éducation, Jean−François Roberge, sur sa page Facebook mercredi soir. «L’état d’urgence sanitaire prendra bientôt fin. Nous avons entendu le besoin des parents ...

15 mars 2022

Numérisation des données: le réseau de l’éducation entre dans le 21e siècle

Le réseau de l’éducation du Québec fait son entrée dans le 21e siècle avec l’informatisation de ses données, qui pourront désormais être analysées avec l’aide de l’intelligence numérique. Le ministre de l’Éducation, Jean−François Roberge, et son collègue Éric Caire, responsable de la Cybersécurité et du Numérique, ont annoncé lundi un ...