Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ministre de l'Éducation

Profs qui n'ont qu'un diplôme d'études secondaires: mieux que rien, plaide Drainville

durée 12h00
2 juin 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Un enseignant non légalement qualifié, qui n'a qu'un diplôme d'études secondaires (DES), c'est mieux que pas d'enseignant du tout, estime Bernard Drainville.

Le ministre de l'Éducation réagissait, jeudi, aux données obtenues par Le Journal de Québec qui montrent qu'au moins trois profs ne détenant qu'un DES se sont vu confier une classe l'an dernier dans le réseau public. 

Pas moins de 541 enseignants n'avaient en poche qu'un diplôme d'études collégiales (DEC).

«La raison pour laquelle on se retrouve dans cette situation-là, c'est qu'on est en situation de pénurie», a expliqué M. Drainville en mêlée de presse à l'Assemblée nationale.

«Ce n'est pas le premier choix, bien entendu, mais si le choix, c'est entre une personne qui n'est pas légalement qualifiée et pas de personne du tout... c'est ça le dilemme devant lequel nous sommes placés présentement.»

Le ministre a rappelé qu'il existe une nouvelle voie rapide de 30 crédits universitaires pour les gens qui détiennent déjà un baccalauréat et qui veulent se qualifier comme enseignant.

Il a ajouté tenter «par tous les moyens» de retenir les enseignants dans le réseau et d'en attirer de nouveaux.

«J'ai écrit une lettre aux professeurs retraités pour leur demander de songer à revenir donner un petit coup de main. Ça pourrait être une journée ou deux par semaine, (...) ça pourrait être un temps plein aussi», a-t-il dit.

La semaine dernière, la vérificatrice générale Guylaine Leclerc s'était inquiétée du nombre élevé d'enseignants non qualifiés dans le réseau public. Elle disait craindre les conséquences sur les élèves.

Plus du quart des enseignants qui ont travaillé en 2020-2021 étaient non légalement qualifiés, a-t-elle trouvé. Des 111 151 enseignants dans le réseau, 80 630 étaient qualifiés et 30 521 ne l'étaient pas.

Mme Leclerc déplorait que les initiatives du ministère et des centres de services scolaires pour contrer la pénurie d'enseignants qualifiés étaient gérées «à la pièce», sans vue d'ensemble.

Entre-temps, la pénurie entraîne la diminution de la qualité de l'enseignement, et l'augmentation de l'insécurité et l'anxiété des élèves, en raison du fait qu'ils subissent des changements d'enseignants répétés, selon elle.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 février 2024

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage.  Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...

1 novembre 2023

L'intelligence artificielle à la rescousse du français dans les universités

Les logiciels d’intelligence artificielle de traduction peuvent venir freiner l’anglicisation du milieu universitaire, affirme le commissaire à la langue française Benoît Dubreuil. Il veut maintenant que les universités québécoises agissent pour conscientiser les étudiants et les chercheurs à ces outils.  L’anglais est omniprésent dans le milieu ...