Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Déclin de 18 % du nombre de personnes accidentées

Bilan routier du Québec: un portrait généralement meilleur en 2021

durée 11h59
17 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le bilan routier de l’an dernier au Québec révèle un déclin de 18 % du nombre de personnes accidentées comparativement à la moyenne des cinq années précédentes, de 2016 à 2020.

La compilation dévoilée mardi par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) signale toutefois 347 morts sur les routes en 2021, une hausse de 0,7 % par rapport à la moyenne des cinq années précédentes, mais 1227 personnes blessées gravement, une baisse de 11 % par rapport à la même période précédente.

Le nombre de blessés légers a reculé considérablement d’une période à l’autre, de 18,5 %.

Le bilan de la SAAQ compare 2021 à la moyenne des années 2016 à 2020, la seule année 2020 s’étant avérée atypique en raison du contexte pandémique.

Les statistiques de l’an dernier permettent d’observer que quatre victimes décédées sur dix étaient des usagers de la route considérés vulnérables: des piétons, cyclistes, motocyclistes ou cyclomotoristes. Le total de 137 usagers vulnérables qui ont trouvé la mort dans une collision routière a constitué une augmentation de 5,2 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020.

La SAAQ a remarqué en 2021 une hausse de 2,3 % du nombre de véhicules en circulation; elle a été de 4,7 % pour les véhicules lourds, de 10,7 % pour les motocyclettes et de 11,1 % pour les cyclomoteurs, une combinaison qui peut expliquer, selon la société d’État, la détérioration du bilan des morts parmi les usagers vulnérables.

Le nombre de cyclistes accidentés a été de 1459, l’an dernier, en baisse de 77 par rapport aux cinq années précédentes, mais les 16 décès parmi eux ont représenté une hausse de 56,9 %. Entre−temps, le nombre de motocyclistes accidentées a baissé de 4,8 %, mais il y a eu 67 décès en 2021, 27,4 % de plus que la moyenne de 2016 à 2020. Parmi les cyclomotoristes, il y a eu 703 personnes accidentées, en hausse de 29,5 %.

En revanche, chez les piétons accidentés, il y a une amélioration de 19,4 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020 alors que les 52 morts de 2021 ont constitué une diminution de 20,7 % par rapport à la moyenne quinquennale.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, se dit très encouragé par l’amélioration du bilan routier en 2021, malgré la reprise des déplacements. À son avis, les investissements et les efforts consacrés à la sécurité routière fonctionnent. 

Pour sa part, le président et chef de la direction de la Société de l’assurance automobile du Québec, Denis Marsolais, fait part de sa préoccupation à propos des morts parmi les usagers vulnérables. Il indique qu’il y aura poursuite des efforts pour prévenir les collisions et tendre vers une amélioration du bilan routier. 

Jean−Philippe Denoncourt, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Moyens de pression des policiers de la SQ: une première en 15 ans

Devant la suspension samedi dernier des négociations entourant le renouvellement du contrat de travail des policières et policiers de la Sûreté du Québec échu depuis mars 2022,  l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ) n’a d’autre choix que de prévoir des moyens de pression, vient-on d'annoncer aujourd'hui par voie de ...

Le juge en chef de la Cour suprême plaide pour davantage de transparence

Les tribunaux canadiens doivent être plus transparents afin de maintenir la confiance du public dans le système de justice, a déclaré jeudi le juge en chef de la Cour suprême du Canada avant une rare séance à l’extérieur d’Ottawa. Le juge en chef Richard Wagner a déclaré à La Presse Canadienne qu’il était désormais plus important pour les ...

Forte augmentation des crimes en ligne durant la COVID-19

De nouvelles statistiques indiquent que les cas d’extorsion déclarés à la police au Canada ont augmenté de près de 300 % au cours de la dernière décennie, au moment où le crime a augmenté en ligne pendant la pandémie de COVID−19. «Ces augmentations inquiétantes sont liées à l’utilisation des plateformes de médias sociaux et d’autres fournisseurs ...