X
Rechercher
Publicité

Avril à juillet

Le déficit fédéral franchi le cap des 48 milliards de dollars

durée 12h00
26 septembre 2021
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le déficit budgétaire du gouvernement fédéral a franchi le cap des 48 milliards $ au cours des quatre premiers mois de l’exercice financier 2021−2022, ce qui était inférieur d’environ 100 milliards $ au déficit cumulé pendant la même période l’an dernier. 

Selon la Revue financière mensuelle du ministère des Finances, le déficit de la période d’avril à juillet s’est chiffré légèrement en deçà de 48,5 milliards $, en baisse par rapport à celui de près de 148,6 milliards $ de la même période en 2020, alors que la pandémie de COVID−19 venait de frapper. 

Les chiffres dévoilés vendredi témoignent des défis économiques actuels causés par la COVID−19, incluant notamment les restrictions de la santé publique. 

Les dépenses des programmes, avant les pertes actuarielles nettes, se sont élevées à 154 milliards $ d’avril à juillet, un déclin d’environ 58,1 milliards $, ou 27,4 %, par rapport à celles de 212,1 milliards $ de la même période l’an dernier. 

Selon la Revue financière, le déficit reflète notamment l’impact des restrictions et des soutiens temporaires aux individus et aux entreprises dans le cadre de la pandémie. 

D’une année à l’autre, les paiements pour la subvention salariale d’urgence sont passés de 30,6 milliards $ à 12,5 milliards $, et les prestations d’urgence aux travailleurs ont reculé à 10,2 milliards $, par rapport à 29,9 milliards $. 

Le gouvernement a annoncé à la fin juillet qu’il prolongeait les prestations d’urgence en réponse aux conditions économiques jusqu’au 23 octobre. 

Les revenus pour la période d’avril à juillet ont progressé de 44,6 milliards $, soit 60,3 %, pour se chiffrer à 118,5 milliards $, notamment grâce à une hausse des revenus fiscaux. 

Les charges de la dette publique se sont établies à 7,8 milliards $ en quatre mois, en hausse de 1 milliard $, soit 14,5 %, par rapport à celles de 6,8 milliards $ de l’an dernier. Cela est largement attribuable aux rajustements plus élevés apportés à la valeur des obligations à rendement réel en fonction de l’inflation de l’indice des prix à la consommation. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h22

Crise du logement : le RCLALQ critique le plan d'action de la ministre Laforest

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) estime que le plan d'action qui vient d'être annoncé par la ministre de l'Habitation, Andrée Laforest, ne peut aider concrètement les locataires à traverser la pire crise du logement des dernières années. La majorité de l'aide annoncée vise à permettre la ...

19 mai 2022

Financement des partis: le PQ coiffe de peu le PCQ

À moins de cinq mois des élections générales au Québec, la course au financement est serrée: le Parti québécois (PQ) vient de repasser devant le Parti conservateur (PCQ) d’Éric Duhaime. Traditionnellement champion du financement populaire, le PQ avait été déclassé ces derniers mois par la montée foudroyante du PCQ. Fin février, le PCQ avait ...

19 mai 2022

Rapport Kamel: «Il faut plus d'imputabilité», dit François Legault

Au lendemain de la publication d’un imposant rapport d’enquête de près de 200 pages sur l’hécatombe survenue dans les CHSLD au début de la pandémie, le premier ministre François Legault reconnaît «qu’il faut plus d’imputabilité d’en haut jusqu’en bas». C’est ce qu’a répondu le premier ministre lors d’une conférence de presse mardi à Laval, où il ...