Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

COVID-19

Ottawa assouplit les mesures sanitaires pour les voyageurs vaccinés

durée 06h03
16 février 2022
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Ottawa a annoncé une série de modifications aux mesures frontalières, notamment la fin des tests PCR, marquant ainsi le début des allègements des restrictions en matière de voyage.

Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a précisé lors d’un point de presse que cela est attribuable aux gestes de dizaines de millions de Canadiens partout au pays qui ont respecté les mesures de santé publique, y compris de se faire vacciner.

À partir du 28 février, le programme de surveillance du dépistage obligatoire sera assoupli pour tous les voyageurs vaccinés. Cela signifie que les voyageurs arrivant au pays en provenance de n'importe quel pays et considérés comme entièrement vaccinés seront choisis au hasard pour le dépistage à leur arrivée.

De plus, les voyageurs ne seront désormais plus tenus de rester en quarantaine en attendant le résultat de leur test.

Les enfants de moins de 12 ans qui voyagent avec des adultes considérés comme entièrement vaccinés seront toujours exemptés de la mise en quarantaine, sans condition. Par exemple, ils n'auront plus à attendre 14 jours avant de pouvoir fréquenter l'école, la garderie ou un camp.

Les voyageurs non vaccinés devront toujours se soumettre à un test à leur arrivée et au jour 8 de leur séjour ainsi qu'à une quarantaine de 14 jours.

Tests de dépistage rapides

Les voyageurs auront la possibilité d'utiliser le résultat d'un test de détection rapide des antigènes de la COVID-19 (effectué le jour avant leur vol ou leur arrivée à la frontière terrestre ou par voir maritime) ou le résultat d'un test de dépistage moléculaire (effectué au maximum 72 heures avant leur vol ou leur arrivée à la frontière terrestre ou par voir maritime) pour répondre aux exigences préalables à l'entrée.

Il ne suffira pas d'effectuer un test de détection rapide des antigènes au domicile pour répondre aux exigences à l'arrivée; il devra être autorisé dans le pays dans lequel on se l'est procuré, et il devra être administré par un laboratoire, ou un organisme de la santé, ou par des services en télésanté.

Le gouvernement du Canada fera également passer ses conseils de santé aux voyageurs du niveau 3 au niveau 2. Cela signifie que le gouvernement ne recommandera plus aux Canadiens d'éviter les voyages à des fins non essentielles.

« Depuis deux ans, les actions de notre gouvernement dans la lutte contre la COVID-19 sont fondées sur la prudence et les données scientifiques, affirme le ministre Duclos. Les annonces d'aujourd'hui témoignent du progrès que nous avons fait contre le variant Omicron. Le retour des tests aléatoires obligatoires pour tous les voyageurs vaccinés facilitera les voyages pour tous les Canadiens tout en aidant les autorités de la santé publique à détecter les changements futurs relativement aux taux d'importation de la COVID-19 et aux variants préoccupants. Comme nous l'avons toujours dit, les mesures frontalières demeureront souples et adaptables selon les scénarios que nous pourrions rencontrer à l'avenir. » 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Hockey Québec désavoue Hockey Canada et retient des fonds qui lui sont destinés

Hockey Québec a adopté une motion de désaveu envers Hockey Canada, en laquelle la fédération provinciale n'a plus confiance, et retiendra des fonds habituellement transférés à l'organisme national. La motion, adoptée lors de la séance du conseil d'administration de Hockey Québec mardi soir, a d'abord été rapportée par La Presse. Cette motion ...

Immigration: Trudeau maintient sa position face aux demandes de Legault

Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a semblé maintenir la porte fermée, mercredi, face aux demandes de son homologue québécois, François Legault, pour des pouvoirs accrus en immigration. «On a parlé de la protection du français et, comme vous le savez, on est là pour protéger le français au Québec et partout à travers le pays. On va ...

Deux juristes s'opposent sur la mention de la Charte de la langue française dans C-13

Deux éminents juristes ont présenté des opinions divergentes quant à la mention de la Charte de la langue française dans le projet de loi visant à moderniser la Loi sur les langues officielles, lors d'une comparution lundi devant un comité sénatorial. Questionné par le sénateur montréalais Tony Loffreda qui se demandait s'il s'agit d'un «terrain ...