Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conférence de presse du Dr Boileau

La vaccination et le port du masque restent les meilleurs moyens de combattre la pandémie

durée 06h00
24 février 2022
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

En conférence de presse hier, le directeur national de santé publique du Québec par intérim, Luc Boileau, a longuement insisté sur l’importance de porter le masque et de se faire vacciner afin de venir à bout de la pandémie de COVID-19.

Les dernières données sur l’évolution du variant Omicron dans la province indiquent que la situation « s'améliore, mais elle n’est pas réglée. » Tout semble s’en aller dans le bon sens, mais la province n’est pas à l'abri d’une prochaine vague portée par un nouveau variant. Même si la Santé publique estime que ce scénario n’arrivera pas au cours des prochaines semaines, mais peut-être plutôt dans plusieurs mois, il faut rester vigilant. 

« Nous sommes un peu préoccupés par le sous-variant BA-2, car il est plus contagieux, mais il n'est pas plus dangereux », a précisé le Dr Boileau. Il semblerait qu’environ 3% des cas de COVID-19 au Québec se rapportent à BA-2.

Sous les recommandations de la Santé publique, le gouvernement se concentre présentement sur les élèves de primaires et de secondaires. La vaccination va bon train de ce côté-là, surtout pour les adolescents. Notons aussi que le port du masque sera bientôt supprimé, dès le 7 mars, dans les classes lorsque les élèves sont assis.

Dans les milieux de travail
Par ailleurs, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a annoncé ce matin des ajustements de certaines mesures sanitaires dans les milieux de travail, qui entreront en vigueur le lundi 28 février prochain.

À partir de cette date, voilà ce qui changera :

• Le télétravail n’est plus obligatoire; le retour progressif est possible en mode hybride.

• Le port du masque de qualité en continu n’est plus obligatoire s’il y a une distanciation physique (2 m) ou la présence de barrières physiques. Toutefois, le port du masque de qualité demeure nécessaire dans les aires de circulation.

• La capacité peut aller jusqu’à 100 % dans les transports. Le port du masque de qualité en continu est toujours requis. La consommation de nourriture et de boissons est limitée, mais non recommandée.

• Aucune distanciation physique ni barrière physique ne sont requises durant la consommation de nourriture dans les salles à manger et les salles de repos; le port du masque de qualité est requis lorsqu’il n’y a pas de consommation de nourriture.

Notons que les mesures suivantes demeurent obligatoires en tout temps : l’exclusion des personnes symptomatiques, l’hygiène des mains, l’étiquette respiratoire, le nettoyage et la désinfection des surfaces (ex. : salles des toilettes) selon les exigences réglementaires applicables, de même que le nettoyage à chaque quart de travail des surfaces hautement touchées.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

Vapotage chez les jeunes: Dubé prêt à sévir pour limiter l'accès

Le gouvernement Legault songe à limiter davantage l'accès aux produits de vapotage. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre jeudi qu'il était inadmissible qu'autant de jeunes vapotent actuellement. Il réagissait à un reportage du quotidien Le Devoir indiquant qu'il est facile même pour les mineurs de se procurer des ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...