X
Rechercher
Publicité

Scène fédérale

Loi sur les langues officielles: une nouvelle mouture

durée 12h00
2 mars 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

La campagne électorale fédérale ayant fait mourir au feuilleton le projet de loi devant moderniser la Loi sur les langues officielles, Ottawa y va d'une nouvelle mouture qui, à son avis, a plus de mordant.

La ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, en a fait l'annonce mardi, en conférence de presse.

Entre autres, la section la plus attendue, celle sur l'usage du français dans les entreprises de compétence fédérale, fera l'objet d'une loi séparée dont l'entrée en vigueur sera activée par un décret.

Et son entrée en vigueur se fera d'abord au Québec, puis, deux ans plus tard, dans le reste du Canada dans les régions à forte présence francophone.

La ministre Petitpas Taylor a expliqué ce délai pour les autres provinces que le Québec par le fait qu'«il faut définir c'est quoi une région à forte présence francophone» et que, pour ce faire, il faut mener à bien des consultations.

Commissaire aux langues officielles
Autre aspect important: le projet de loi donne plus de dents au Commissariat aux langues officielles. Dans certains cas, il pourra donner des «sanctions pécuniaires administratives» pouvant atteindre 25 000 $. Ottawa refuse d'utiliser le terme «amende», arguant qu'il s'agit d'une mesure incitative et non punitive.

Toutefois, seulement quatre sociétés de transport de voyageurs sont ainsi visées: Air Canada, Via Rail, les autorités aéroportuaires et Marine Atlantique, a précisé la ministre Petitpas Taylor.

Les pdg et dirigeants de ces grandes entreprises ne sont pas directement visés, malgré le tollé qu'avait soulevé le grand patron d'Air Canada avec son allocution en anglais à Montréal et le fait qu'il avait dit avoir réussi à vivre depuis des années à Montréal sans avoir à parler français.

La ministre Petitpas Taylor a expliqué ce silence dans le projet de loi par le fait que lors des consultations, les gens ont surtout dit avoir besoin d'être servis en français par ces sociétés de transport.

La Loi sur les langues officielles date de 1969. Elle a subi une refonte en 1988 puis des amendements en 2005. Ottawa avait présenté sa refonte en juin dernier, juste avant les élections fédérales. «Aujourd'hui, je suis contente de dire qu'on va encore plus loin», a affirmé la ministre Petitpas Taylor.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


L’économie québécoise perd de dizaines millions de dollars de retombées économiques chaque semaine

Reconnaissant que la grève illimitée des ingénieurs de l’État engendre des impacts financiers majeurs sur l’industrie de l’entretien des routes, Bitume Québec constate que ce conflit de travail entraîne une quasi-paralysie des activités reliées à la réhabilitation, au pavage et à l’entretien du réseau routier sous la responsabilité du MTQ. « Les ...

durée Hier 15h22

Crise du logement : le RCLALQ critique le plan d'action de la ministre Laforest

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) estime que le plan d'action qui vient d'être annoncé par la ministre de l'Habitation, Andrée Laforest, ne peut aider concrètement les locataires à traverser la pire crise du logement des dernières années. La majorité de l'aide annoncée vise à permettre la ...

19 mai 2022

Financement des partis: le PQ coiffe de peu le PCQ

À moins de cinq mois des élections générales au Québec, la course au financement est serrée: le Parti québécois (PQ) vient de repasser devant le Parti conservateur (PCQ) d’Éric Duhaime. Traditionnellement champion du financement populaire, le PQ avait été déclassé ces derniers mois par la montée foudroyante du PCQ. Fin février, le PCQ avait ...