Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Consultations prébudgétaires

Les Producteurs de grains réclament une durabilité économique et environnementale de l’agriculture

durée 07h18
6 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Catherine Deveault

Dans le contexte des consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) souhaitent rappeler leur recommandation globale visant à permettre une durabilité économique et environnementale de l’agriculture.

Les PGQ soulignent à grands traits que les agriculteurs québécois évoluent dans un contexte hautement défavorable englobant à la fois les changements climatiques, les problèmes d’accès aux intrants et équipements agricoles, la fragilité des chaînes d’approvisionnement et les tensions géopolitiques, et ce, sans compter le besoin incontournable de maintenir la compétitivité du secteur agricole québécois avec ses nombreux concurrents lourdement subventionnés. 

Malgré les engagements du gouvernement pris par le passé de rattraper une partie de cet écart, et que les PGQ ont salué en tant que prémisse de base, ces derniers constatent avec regret que même ces garanties demeurent insuffisantes. De plus, l’enveloppe confirmée de 14 millions de dollars par année pendant trois ans ne correspond pas aux 70 millions de dollars qui était prévus à l’origine au programme du Plan d’agriculture durable (PAD).

« Après la pandémie, il est temps de parler d’économie. Les exportations, ça crée de la richesse sur notre territoire et ça permet de financer nos soins de santé. Bien que nous accueillions positivement l’annonce du programme de rétribution des pratiques environnementales prévu par le MAPAQ dans le cadre de son Plan d’agriculture durable (PAD), il est impératif que soient mis en place des budgets substantiels sur le long terme en la matière, afin que les agriculteurs du Québec puissent poursuivre convenablement leur développement durable et œuvrer dans un cadre similaire à celui de leurs compétiteurs des États-Unis et de l’Union européenne. C’est de cette manière seulement que les pratiques agroenvironnementales continueront d’évoluer positivement, tout en tenant compte des attentes sociétales », affirme M. Christian Overbeek, président des PGQ.

Dans l’optique de mettre en place des leviers économiques durables qui profiteront tant aux producteurs de grains qu’à l’ensemble du Québec, autant sur le plan économique que sur les plans agroenvironnemental et sociétal, les PGQ recommandent que le gouvernement investisse dans l’avenir afin que les familles agricoles puissent relever convenablement les défis de la qualité de l’eau, de la diversité, de la santé et de la conservation des sols et de l’empreinte carbone.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

Vapotage chez les jeunes: Dubé prêt à sévir pour limiter l'accès

Le gouvernement Legault songe à limiter davantage l'accès aux produits de vapotage. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre jeudi qu'il était inadmissible qu'autant de jeunes vapotent actuellement. Il réagissait à un reportage du quotidien Le Devoir indiquant qu'il est facile même pour les mineurs de se procurer des ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...