Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Un montant de 9,3 millions alloué

La Fédération des maisons pour femmes réagit à l’annonce du budget provincial

durée 07h00
27 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Catherine Deveault

La Fédération des maisons pour femmes (FMHF) réagit à l’annonce du budget provincial. Des ajouts de 28 millions par année sur 5 ans dans le réseau des maisons d’hébergement pour femmes ont été annoncés. Bien que ces sommes ne permettent pas de répondre à l’ensemble des besoins, la Fédération souhaite saluer les efforts consentis. 

Un montant de 9,3 millions alloué à la consolidation constitue un levier indéniable afin de rendre davantage de services aux femmes et aux enfants, à la hauteur de leurs besoins, mais ne permet pas de répondre à l’ensemble de leurs besoins de plus en plus complexes. Rappelons que les montants annoncés sont répartis sur plus d’une centaine de maisons à travers la province. 

La FMHF tient également à saluer l’annonce du considérable investissement de 48,2 millions pour le développement de maisons de 2e étape ainsi que l’annonce d’un montant de 7 millions afin d’aider les organismes qui ont pour mission de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes. Rappelons que les maisons ne sont pas que de l’hébergement. Ce sont des ressources 24/7 offrant une multitude de services, dont des activités de sensibilisation au sein de la communauté, des services externes, des services jeunesse, de l’accompagnement et de l’écoute téléphonique. 

Cependant, seulement 2,4 millions sont attribués à la création de nouvelles maisons d’hébergement, ce qui, pour la FMHF, est trop peu. Les 36 maisons d’hébergement membres de la FMHF accueillent chaque année près de 3 000 femmes et 1 500 enfants ont des taux d’occupation avoisine voire dépasse 100 %. 

Logements sociaux

La prise en compte des besoins de logements sociaux est également un enjeu que la FMHF souhaitait voir adressé. Malheureusement, le budget prévu à cet effet est plus que timide. Rappelons que pour prévenir les féminicides et soutenir les femmes violentées, un filet de sécurité doit être érigé. L’accès au logement et les logements sociaux font partie intégrante de ce filet. 

Dans le contexte actuel de changement, la création d’un tribunal spécialisé en matière de violence sexuelle et de violence conjugale, les maisons d’hébergement vont être appelées à collaborer, d’où l’importance d’avoir un financement adéquat et continu pour consolider nos services, entre autres de concertation et de formation continue des intervenants sociojudiciaires et des corps policiers. 

Il faut maintenir les efforts afin que les maisons d’hébergement puissent remplir leurs différents mandats de façon optimale et efficace. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

Vapotage chez les jeunes: Dubé prêt à sévir pour limiter l'accès

Le gouvernement Legault songe à limiter davantage l'accès aux produits de vapotage. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre jeudi qu'il était inadmissible qu'autant de jeunes vapotent actuellement. Il réagissait à un reportage du quotidien Le Devoir indiquant qu'il est facile même pour les mineurs de se procurer des ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...