X
Rechercher
Publicité

Plan québécois de transport aérien régional  

Faciliter l’accès aux régions grâce à des tarifs plus abordables  

durée 12h25
25 avril 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Catherine Deveault

Le gouvernement du Québec a dévoilé récemment son nouveau plan  québécois de transport aérien régional qui permettra notamment à la population de se procurer, dès cet été, des billets d’avion à un maximum de 500 $ l’aller-retour à destination de plusieurs régions du Québec.

Le ministre des Transports, M. François Bonnardel, a confirmé un investissement de 261 M$ pour les cinq prochaines années.  

« Notre gouvernement croit que l’accès aux régions du Québec est essentiel pour leur vitalité économique. Le transport aérien en région est un enjeu complexe sur lequel les gouvernements précédents n’ont jamais voulu se pencher. Pour nous, c’était un incontournable pour qu’enfin, les Québécoises et Québécois aient accès à des vols abordables. Je suis fier de dire que nous y sommes parvenus. Grâce au soutien que nous annonçons aujourd’hui, nous démontrons de nouveau notre engagement pour une industrie aérienne dynamique et des régions fières. »  

- François Bonnardel, ministre des Transports

Un plan en deux volets  

Le gouvernement du Québec procédera d’abord au renouvellement des programmes d’aide d’urgence existants. En effet, ceux-ci seront prolongés jusqu’au 31 mars 2023 afin de soutenir les transporteurs aériens régionaux et les administrations aéroportuaires.  

Pour la deuxième phase, qui vise à offrir à la population de meilleurs tarifs pour des vols à l’intérieur du Québec, le gouvernement versera une compensation financière aux transporteurs admissibles. Ces derniers rendront disponibles des billets à un tarif maximal de 500 $ l’aller-retour. Le  programme sera en vigueur dès cet été.  

De plus, les résidentes et résidents des régions éloignées et isolées qui sont déjà admissibles à  l’actuel Programme de réduction des tarifs aériens (PRTA) bénéficieront d’ajustements. Ainsi, l’aide  maximale annuelle par personne sera abolie, ce qui aura pour effet de ne plus limiter leurs  déplacements. Finalement, un soutien financier gouvernemental sera proposé afin d’assurer une  fréquence minimale des vols vers les régions isolées. Une entente pourra être conclue avec certains transporteurs de manière à offrir une desserte adéquate aux destinations desservies par un seul  transporteur ou dont le niveau de service est jugé insuffisant.  

Faits saillants

Lors de la première année, une somme de 61 M$ sera consacrée au déploiement complet  du plan. 

La population du Nunavik dispose de ses propres mesures visant à rendre plus abordable le transport aérien : le programme IIaujuq et le Programme de réduction des tarifs aériens de l’Administration régionale Kativik (ARK). Elle pourra également bénéficier des mesures du Plan québécois de transport aérien régional qui concernent la réduction du coût des billets d’avion si elle voyage sur les liaisons visées. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


L’Association du transport urbain du Québec rencontre les parlementaires à l’Assemblée nationale 

L’Association du transport urbain du Québec (ATUQ) qualifie de très productives, franches et ouvertes les rencontres de travail sur le transport collectif et ses défis, dont celui de l’électrification des réseaux d’autobus urbain, dans le cadre de la journée avec les parlementaires tenue le 10 mai à l’Assemblée nationale. Plusieurs thèmes ont été ...

13 mai 2022

Legault aux maires: oui au droit de préemption et à l'expropriation

Pour aider les villes à mieux gérer la crise du logement, le premier ministre François Legault s’engage à légiférer rapidement dans le sens de les autoriser à se prévaloir du droit de préemption, une revendication du monde municipal.  Dans un éventuel deuxième mandat, il s’engage aussi à faciliter par voie législative le processus d’expropriation ...

12 mai 2022

Permis d'armes à feu: Ottawa modifie les règles

Le gouvernement libéral a modifié son ébauche de règlement sur les armes à feu, afin de s’assurer qu’un Canadien qui achète une arme possède un permis qui est effectivement valide. Lorsque le projet de loi C−71 a été adopté et qu’il a reçu la sanction royale, en 2019, le gouvernement avait déclaré qu’il obligerait les vendeurs à vérifier la ...