Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ancien ministre des Affaires étrangères

La réputation mondiale du Canada a souffert sous Justin Trudeau, selon Marc Garneau

durée 12h00
5 juillet 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

L'ancien ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, affirme que le Canada a perdu sa position dans le monde avec le premier ministre Justin Trudeau, qu'il critique comme un dirigeant mal préparé qui donne la priorité à la politique et fait de grandes déclarations sans aucune suite.

«Je crois que Justin Trudeau a surestimé l'impact du Canada à l'étranger», a écrit M. Garneau dans son autobiographie, qui devrait être publiée en octobre par Penguin Random House.

Alors qu'une grande partie du livre est un voyage dans le passé de la carrière pré-politique de M. Garneau dans l'armée et en tant qu'astronaute, le dernier tiers est consacré à son temps en tant que député.

M. Garneau, aujourd'hui âgé de 75 ans, a été élu pour la première fois en 2008 comme député libéral de la circonscription montréalaise de Westmount–Ville-Marie, une circonscription qui est devenue plus tard Notre-Dame-de-Grâce–Westmount après un redécoupage de la carte électorale en 2015.

Il a organisé une campagne infructueuse à la direction du parti en 2013, se retirant finalement de la course et soutenant M. Trudeau, qui allait remporter une victoire écrasante.

Après l'arrivée au pouvoir des libéraux en 2015, Marc Garneau a servi dans le cabinet de M. Trudeau pendant six ans, dont plus de cinq en tant que ministre des Transports. Il a passé les neuf derniers mois en tant que ministre des Affaires étrangères, jusqu’à ce que le premier ministre Trudeau le retire complètement du cabinet après les élections de 2021.

Dans son livre, M. Garneau reconnaît avoir été pris de court par cette décision – qui selon lui ne lui a jamais été expliquée par le premier ministre.

Il dit clairement que lui et M. Trudeau avaient peu de points communs en dehors de leurs «valeurs libérales» et que les deux n'étaient pas proches.

Le ministre des Affaires étrangères peu valorisé

Une autre chose qu'il dit clairement: M. Garneau pense que le premier ministre Trudeau n'a pas valorisé l'importance d'un ministre des Affaires étrangères et n'est pas très doué dans les relations internationales.

«Malheureusement, la position du Canada dans le monde a diminué, en partie parce que nos déclarations ne sont pas toujours accompagnées d'une capacité d'agir ou d'actions qui démontrent clairement que nous pensons ce que nous disons», a-t-il constaté.

«Nous perdons en crédibilité.»

Il décrit les voyages de M. Trudeau en Chine en 2016 et 2017, ainsi qu'en Inde en 2018, avant son mandat de ministre des Affaires étrangères, comme «infructueux».

Les deux voyages en Chine n’ont pas réussi à relancer les négociations de libre-échange avec Pékin, et M. Trudeau a été critiqué à l’époque pour avoir tenté de mettre des questions non commerciales sur la table lors des négociations avec le gouvernement chinois. Cela impliquait de faire pression en faveur des droits de la personne, ce qui n’a pas été bien accueilli à Pékin.

Les échecs du voyage en Inde ont été bien documentés, dont la décision d'avoir par inadvertance invité à une réception un homme reconnu coupable de tentative d'assassinat d'un ministre indien au Canada en 1986.

«Nous n'étions pas bien préparés», a déclaré M. Garneau à propos des trois visites à l'étranger.

«Fondamentalement, nous ne comprenions pas qui nous rencontrions. Nous pensions pouvoir séduire et nous étions surpris que cela ne se passe pas ainsi. Fini l'approche lucide d'un premier ministre comme Jean Chrétien, qui savait toujours à qui il faisait face et qui a forgé des alliances pragmatiques avec les puissances mondiales.»

Des stratégies retardées

Marc Garneau critique également M. Trudeau pour avoir retardé la publication de nouvelles stratégies nationales pour traiter avec la Chine et élargir les relations du Canada dans la région indo-pacifique.

La stratégie chinoise a été retardée en grande partie parce que Justin Trudeau et son «entourage» hésitaient à divulguer quoi que ce soit à ce sujet alors que Michael Kovrig et Michael Spavor étaient toujours détenus en Chine, écrit-il.

«Je pense que c'était une erreur pure et simple.»

De même, il dit qu’il n’a pas pu présenter une nouvelle stratégie indo-pacifique au cabinet, et qu’elle n’a été publiée qu’en novembre 2022 – alors qu'elle était prête depuis un an et qu'il n'était plus ministre.

Marc Garneau a refusé une demande d'entrevue sur le livre.

Le bureau de Justin Trudeau n'a pas répondu à une demande de commentaires sur son contenu.

L’ex-astronaute n’est pas le premier ancien ministre de Justin Trudeau à rédiger un mémoire fustigeant le premier ministre. En 2023, l’ancien ministre des Finances Bill Morneau a publié ses propres mémoires, dans lesquels il reprochait à M. Trudeau de prendre des décisions principalement unilatérales et de faire passer la politique avant les politiques publiques.

Tous deux décrivent une concentration du pouvoir au sein du cabinet du premier ministre qui ne s'est pas améliorée malgré les promesses de décentralisation de M. Trudeau lors de son arrivée au pouvoir en 2015.

M. Garneau écrit que lorsqu'il était responsable des transports, M. Trudeau ne semblait pas du tout s'intéresser au dossier. Lorsqu’il est passé aux affaires étrangères, il espérait que le premier ministre soit plus intéressé à solliciter son avis sur certaines questions.

Mais il ne l'a pas fait, selon lui.

Il écrit que M. Trudeau n'a fait appel à lui qu'une seule fois pour lui donner des conseils, lors d'une rencontre avec l'ambassadeur de l'époque en Chine, Dominic Barton, sur le sort actuel des deux Michael.

«L'attitude distante du premier ministre m'a amené à conclure qu'il ne considérait pas mes conseils suffisamment utiles pour vouloir m'entendre directement, s'en remettant plutôt à son personnel», a raconté M. Garneau.

«J'ai trouvé cela pour le moins décevant. On s'attendait à ce que la communication entre lui et moi se fasse via le (Bureau du premier ministre), et donc par conséquent je n'ai jamais su quelles informations, le cas échéant, lui parvenaient.»

Le gouvernement Trudeau, affirme M. Garneau, est globalement trop réactif et mal préparé.

«Il ne suffit pas de prêter attention uniquement lorsqu'une préoccupation surgit, ce dont ce gouvernement a pris l'habitude», a-t-il soutenu.

Un roulement trop important

Selon M. Garneau, le fait que le Canada ait eu recours à tant de ministres des Affaires étrangères différents a miné la crédibilité du rôle et a laissé l'impression que M. Trudeau et le Canada n'accordent pas d'importance ou ne donnent pas la priorité au dossier.

Marc Garneau était la quatrième des cinq personnes qui ont dirigé la politique étrangère canadienne au cours des huit années et demie où M. Trudeau a été premier ministre.

«Nos alliés pouvaient logiquement se demander si le Canada attachait suffisamment d'importance à ce dossier, et ils l'ont fait», a-t-il écrit.

Lors de chacun de ses appels de présentation avec ses homologues, il relate qu'on lui a dit qu'ils espéraient qu'il tiendrait plus longtemps que ses prédécesseurs, ce qu'il décrit comme «un message pas si subtil».

Cela ne s'est pas produit.

Marc Garneau n'est resté que neuf mois, le mandat le plus court des cinq.

Chrystia Freeland, la deuxième à être nommée, a occupé ce poste pendant près de trois ans, et Mélanie Joly, l'actuelle ministre des Affaires étrangères, se rapproche de 33 mois dans ce rôle.

Stéphane Dion a été le premier, conservant le titre pendant 18 mois, et François-Philippe Champagne, qui a été le troisième ministre des Affaires étrangères, a été en poste pendant 14 mois.

Mia Rabson, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


11 juillet 2024

Le Canada signe un «pacte de glace» avec la Finlande et les États-Unis

De hauts responsables des gouvernements canadien et américain affirment qu'un nouvel accord trilatéral avec la Finlande aidera les alliés à construire des brise-glaces pour protéger l'Arctique. Le «pacte de glace», comme on l’appelle, vise à renforcer les capacités de construction navale des trois pays afin de dissuader les ambitions russes et ...

10 juillet 2024

Loi 21: le juge Mahmud Jamal accepte la demande de Québec de se récuser

Le juge de la Cour suprême du Canada Mahmud Jamal a accepté de se récuser dans le dossier de la contestation judiciaire de la loi 21 sur la laïcité de l’État, comme le demandait le procureur général du Québec. Dans une lettre datée de mardi, rapportée d'abord dans les médias de Québecor, le juge Jamal soutient qu'il n'existe «aucun fondement ...

8 juillet 2024

Les scrutins à l'étranger rendent peu probables des élections anticipées au Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a fait tourner les têtes à l'international en 2021 lorsqu'il a convoqué des élections anticipées en pleine pandémie de COVID-19. Il avait alors fait ce pari pour tenter de s'assurer une majorité libérale à un moment où tout semblait incertain. Et bien que le pari ait échoué, les Canadiens ont confié à M. Trudeau ...