X
Rechercher
Publicité

Un récent sondage auprès des Canadiens

Les soins virtuels améliorent l'accès et l’efficacité du système de santé

durée 15h00
31 décembre 2021
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Salle des nouvelles

La pandémie de la COVID-19 a entrainé de nombreux défis, mais elle a également conduit à l'innovation. Le développement de la télésanté et l’augmentation spectaculaire des moyens de surveillance médicale à distance sont l’un des exemples les plus marquants de cette nouvelle adaptation.

Un récent sondage auprès des Canadiens a démontré que plus de la moitié des personnes qui avaient un rendez-vous chez le médecin, et qui ont subi un retard ou une annulation en raison de l'épidémie du coronavirus, l’ont remplacé par une consultation téléphonique ou vidéo en ligne. Un pourcentage similaire de gens ont indiqué être confortable à continuer d'interagir de cette façon avec des professionnels de la santé.

Pour les personnes atteintes de maladies chroniques nécessitant des examens réguliers, la pandémie a entrainé d'autres défis : une fois encore, la technologie a offert des solutions. Un exemple concret: parmi les 300 000 Canadiens atteints de diabète de type 1, un grand nombre doivent faire surveiller leur taux de glucose régulièrement par leur spécialiste. Cependant, les visites en personne (en particulier pendant la phase initiale du confinement) ont été beaucoup plus difficiles sur un plan logistique, et présentaient également un risque d’exposition au virus.

Heureusement, les diabétiques équipés de la dernière technologie de surveillance du glucose en continu (SGC) n’ont qu’à appuyer un bouton pour accéder à leur taux de glucose actuel. Les systèmes SGC tels que le Dexcom G6 utilisent un petit capteur portable qui mesure le taux de glucose jusqu’à toutes les cinq minutes, et envoie les données à un récepteur ou à une application pour téléphone intelligent.

Ce qui rend ces appareils uniques, c’est leur système d’alerte permettant de prévenir et inciter les utilisateurs à agir lorsque leur taux de glucose approche des seuils élevés ou bas. Ils peuvent également partager leurs données de glycémie en temps réel avec les membres de leur famille ou leur médecin.

« Éviter que les patients ne se retrouvent avec un taux de glucose très bas permet d’améliorer nettement leur qualité de vie, mais également leur productivité en général. Ce système peut prévenir des situations graves et limiter le besoin de soins d’urgence ou d’hospitalisation potentielle. Cela permet au système de santé de réaliser de grosses économies», explique l’endocrinologue, Dr Akshay Jain.

Toutefois, malgré cette opportunité d’amélioration en soins de santé et de réduction des coûts, toutes les provinces n’offrent pas une couverture pour cette technologie. Bien que de nombreux assureurs privés offrent une couverture, il existe une inconsistance dans la couverture de santé publique pour les systèmes SGC. Il y a des différences entre les provinces ainsi qu’entre les types de systèmes de surveillance disponibles.

source : www.leditionnouvelles.com

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

La reprise des voyages et les mesures sanitaires ne font pas bon ménage aux aéroports

Il y a tellement de vols qui arrivent de l’étranger dans les aéroports canadiens que les voyageurs doivent parfois attendre dans l’avion pendant plus d’une heure après l’atterrissage parce qu’il n’y a pas assez de place dans l’aérogare pour contenir les files d’attente, déplore le Conseil des aéroports du Canada. L’organisme blâme les mesures ...

durée Hier 7h00

La CMM lance une plateforme de participation et une consultation sur les Montérégiennes

Afin d’encourager la participation citoyenne dans le cadre de ses divers projets et processus décisionnels, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) lance une plateforme participative ainsi qu’une première démarche de consultation en ligne portant sur les collines Montérégiennes et d’Oka. Accessible via le site Web de la CMM, cette ...

17 mai 2022

Comment peut-on avoir peur de l'Amour?

En cette Journée internationale contre l'homophobie, je voudrais souligner l’absurdité de ce terme, homophobie. En premier lieu, il faut savoir que l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 17 mai 1990. Ce qui signifie que cela fait un tout petit peu plus de 30 ans que le Monde ...