Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Au Québec, 79 % des répondants utilisent un ou plusieurs réseaux sociaux.

Enquête: on s'informe plus qu'avant sur les réseaux sociaux mais la télévision domine

durée 11h00
7 juin 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les Québécois font de plus en plus confiance aux médias sociaux comme source d'information, selon une enquête réalisée en septembre dernier par l’Académie de la transformation numérique de l’Université Laval, mais la télévision reste en tête à cet égard.

L’enquête intitulée NETendances et rendue publique mercredi précise que 38 % des adultes québécois font confiance aux nouvelles et aux actualités qui se trouvent sur les réseaux sociaux, les forums de discussion et les blogues, par exemple, en hausse de 13 points de pourcentage par rapport à l'année précédente. Pourtant, 54 % des répondant ont assuré pouvoir discerner facilement le vrai du faux sur les réseaux sociaux.

Un autre volet de l'enquête démontre qu’au Québec, les adultes consacrent en moyenne deux heures et 50 minutes par jour sur les réseaux sociaux comparativement à une moyenne de trois heures 33 minutes en 2021.

La directrice intelligence d'affaires et recherche marketing à l'Académie, Claire Bourget, suppose que l'assouplissement ou la levée des restrictions liées à la pandémie de COVID-19 en 2022 peut avoir contribué à réduire le temps passé sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes ayant pu reprendre leurs activités normales.

Au Québec, 79 % des répondants utilisent un ou plusieurs réseaux sociaux. C'est la plateforme Facebook qui demeure la plus utilisée pour se divertir, à 88 %, devant YouTube (69 %), Instagram (39 %) et TikTok (34 %).

Pour ce qui est de l’information, la télévision demeure la source la plus souvent utilisée par les adultes québécois pour s'informer sur l'actualité, passant de 64 % en 2021 à 68 % en 2022.

Les réseaux sociaux ont enregistré la plus forte croissance en un an, de 9 points de pourcentage, à 42 %. La radio a connu une hausse de 5 points, de 31 % en 2021 à 36 % en 2022. 

Cependant, les sites Web offrant du contenu d'information ont connu une baisse significative de 7 points de pourcentage, passant de 43 % en 2021 à 36 % l’an dernier.

NETendances a aussi observé que 34 % des adultes ont l'habitude d'écouter des balados, une hausse de 4 points de pourcentage depuis 2021. 

Et l’an dernier, 26 % des répondants à l’enquête ont dit avoir payé pour accéder à des contenus d'information en ligne par l'entremise d'abonnements ou de dons à des médias.

L’enquête menée auprès de 1213 adultes internautes âgés de 18 ans et plus sur le Web comporte une marge d’erreur maximale de plus ou moins 2,8 %, 19 fois sur 20.

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Crises sociales: les actrices et acteurs du travail social font front commun

De nombreux acteurs des services sociaux du Québec ont fait front commun pour dénoncer un contexte sociétal caractérisé par de multiples crises sociales, écologiques, économiques, démographiques et climatiques, dans le cadre du sommet des premiers États généraux du travail social en 25 ans, tenu vendredi et samedi à Montréal. Les États généraux ...

19 avril 2024

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

La crise du logement est liée à la pénurie de main-d'œuvre en construction

Résoudre la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur de la construction sera essentiel pour augmenter l'offre de logements disponibles sur le marché, soutiennent des experts, alors que l'agence nationale du logement du Canada continue de prévoir des niveaux de mises en chantier inférieurs à la demande. Selon la Société canadienne d'hypothèques et ...