Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Technologie

Les montres intelligentes pourraient détecter la maladie de Parkinson

durée 18h00
24 juillet 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les montres intelligentes pourraient détecter la maladie de Parkinson plusieurs années avant l'apparition des premiers symptômes en analysant les mouvements de l'utilisateur, démontre une expérience réalisée au Royaume-Uni.

Des chercheurs de l'Université de Cardiff, au Pays-de-Galles, ont utilisé l'intelligence artificielle pour analyser des données provenant de quelque 105 000 utilisateurs de montres intelligentes.

En mesurant la vitesse de leurs mouvements pendant une seule semaine, entre 2013 et 2016, ils ont été en mesure de prédire quels utilisateurs souffriraient éventuellement de la maladie de Parkinson. Ils ont aussi été en mesure de distinguer le parkinson d'autres maladies qui pourraient influencer les mouvements de l'utilisateur.

Les auteurs de l'étude admettent toutefois que d'autres expériences seront nécessaires pour vérifier la validité de leurs résultats.

La maladie de Parkinson commence à s'installer dans le cerveau du patient plusieurs années avant l'apparition des premiers symptômes, et elle est déjà passablement avancée quand on constate finalement que quelque chose cloche.

Il pourrait donc y avoir un avantage à la dépister le plus tôt possible pour essayer de limiter les dégâts... mais pas nécessairement dès aujourd'hui, prévient le professeur Louis-Éric Trudeau, un spécialiste de l'Université de Montréal.

«Pour l'instant, il n'y a pas de thérapie qui existe pour empêcher les neurones de mourir, a-t-il rappelé. Donc même si on dit à un patient qu'il a de bonnes chances d'avoir la maladie de Parkinson dans sept ans, ça ne va pas lui ouvrir la porte à des traitements qui pourraient corriger ça.»

Il se questionne donc sur la pertinence d'annoncer à un patient ce qui le guette dans quelques années, tout en lui admettant qu'on n'y peut rien pour le moment. L'information pourrait être très intéressante pour les assureurs, ajoute-t-il, mais peut-être un peu moins pour le patient.

M. Trudeau compare la situation aux sites qui proposent une analyse complète de notre profil génétique pour générer un rapport qui nous informera de notre risque de souffrir de telle maladie ou de tel problème de santé.

Le choix de savoir ou non doit entièrement appartenir au patient, a-t-il dit. Il y a des gens qui ne voudront tout simplement pas savoir. Et parmi ceux qui voudront savoir, on en trouvera qui seront mal équipés pour gérer la réponse et qui auront besoin d'un accompagnement.

L'utilisation des montres intelligentes comme outil de dépistage de la maladie de Parkinson serait plus pertinente dans un contexte de recherche, croit-il.

«Dans le cadre d'une étude clinique, on pourrait avoir une caractérisation de nos participants avec ce genre d'approche et on pourrait déjà prévoir de mieux suivre la progression de la maladie», a-t-il expliqué.

«Et dans nos sujets témoins, qui normalement ne sont pas affectés par la maladie, il y en a peut-être qui sont en train de (la développer). Ce sont toutes des informations qui sont vraiment importantes pour de la recherche clinique.»

Les conclusions de cette étude ont été publiées par la revue scientifique Nature Medicine.

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Crises sociales: les actrices et acteurs du travail social font front commun

De nombreux acteurs des services sociaux du Québec ont fait front commun pour dénoncer un contexte sociétal caractérisé par de multiples crises sociales, écologiques, économiques, démographiques et climatiques, dans le cadre du sommet des premiers États généraux du travail social en 25 ans, tenu vendredi et samedi à Montréal. Les États généraux ...

19 avril 2024

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

La crise du logement est liée à la pénurie de main-d'œuvre en construction

Résoudre la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur de la construction sera essentiel pour augmenter l'offre de logements disponibles sur le marché, soutiennent des experts, alors que l'agence nationale du logement du Canada continue de prévoir des niveaux de mises en chantier inférieurs à la demande. Selon la Société canadienne d'hypothèques et ...