Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Manque de personnel et stress au travail

La santé mentale des vétérinaires canadiens se détériore

durée 14h00
6 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les vétérinaires du Canada affirment souffrir d'un épuisement extrême et d'une santé mentale en chute libre en raison du manque de personnel, du nombre croissant de patients animaux et du stress quotidien du travail.

Neil Pothier, vétérinaire depuis 1985 et qui dirige un hôpital vétérinaire à Digby, en Nouvelle-Écosse, a déclaré que prendre soin des animaux n’a jamais été facile, mais que c’est un travail qu’il a toujours aimé.

«Mais maintenant, à longueur de journée, les gens parlent d'épuisement professionnel et pensent arrêter de fumer», a déclaré M. Pothier à la suite d'une réunion avec des vétérinaires de partout en Nouvelle-Écosse. «Nous avons du mal à y parvenir.»

M. Pothier a déclaré que la charge de travail accrue, qui dans de nombreuses zones rurales s'accompagne de soins d'urgence de garde 24 heures sur 24, entraîne un stress et un épuisement graves qui se sont aggravés avec le temps. «Les gens en sont au point où ils ne savent plus quoi faire. Et il y a déjà un taux de suicide élevé dans notre profession dans le pays, ce qui est terrifiant.»

Les données d'enquête compilées en 2020 suggèrent que les vétérinaires du Canada étaient beaucoup plus susceptibles de penser au suicide que la personne moyenne. L'étude, publiée dans le Journal of the American Veterinary Medical Association, a révélé que 26,2% des 1403 vétérinaires interrogés avaient eu des pensées suicidaires au cours des 12 mois précédents. Les données de Statistique Canada de 2022 ont révélé que 2,5% des Canadiens interrogés avaient pensé à se suicider au cours de la dernière année.

M. Pothier, qui a perdu des collègues vétérinaires par suicide, a déclaré que la santé mentale des travailleurs vétérinaires a été mise à rude épreuve par l'augmentation pandémique du nombre d'animaux de compagnie et la pénurie de technologues, de techniciens et de vétérinaires vétérinaires disponibles pour travailler.

L'effet de la pandémie

Cela a vraiment explosé pendant la COVID, a déclaré M. Pothier. « Il semblait que tout le monde à la maison avait décidé de se procurer un animal de compagnie.»

«Après cela, c’était tout simplement hors de contrôle», a-t-il déclaré, ajoutant que le nombre de ses patients avait augmenté de 40 % au cours des deux années qui ont suivi le début de la pandémie.

Plus tôt cette année, sa liste de patients s'est encore allongée après que deux vétérinaires ont fermé un hôpital vétérinaire dans la région voisine de Yarmouth, en Nouvelle-Écosse. « Deux d’entre eux, qui appartiennent à ma catégorie d’âge, ont tout simplement été épuisés. … Ils n’ont pas pu embaucher d’aide et ils sont partis.

La registraire de l'Association des médecins vétérinaires du Nouveau-Brunswick a déclaré que le niveau de stress parmi le personnel vétérinaire de la province est beaucoup plus élevé aujourd'hui qu'il ne l'était il y a 18 ans, lorsqu'elle a débuté comme vétérinaire.

«Des vétérinaires et des techniciens vétérinaires agréés ont complètement quitté la profession ou ont pris un congé médical pour épuisement professionnel ou fatigue», a déclaré Nicole Jewett.

La communauté vétérinaire de la province a subi un coup dur l'été dernier lorsque le seul vétérinaire d'une communauté du nord du Nouveau-Brunswick s'est suicidé.

« Nous sommes une province relativement petite… il ne s’agit donc pas simplement d’un numéro de permis (vétérinaire). C’est une personne que nous connaissons tous et que nous avons rencontrée », a déclaré Mme Jewett. Des vétérinaires de partout dans la province ont donné de leur temps pour maintenir ouvert l'hôpital vétérinaire rural de ce collègue.

Certains membres du personnel vétérinaire peuvent se sentir piégés dans leur travail et incapables d'obtenir de l'aide, a déclaré Mme Jewett.

« Malheureusement, ils pourraient penser que la seule option est de partir. Donc, qu’il s’agisse de quitter la profession ou de s’en aller, vous savez, en se suicidant », a-t-elle déclaré.

L'impact majeur de l'euthanasie

Trevor Lawson, président de l'Association canadienne des médecins vétérinaires et vétérinaire depuis 20 ans, a déclaré que l'euthanasie des animaux a un impact majeur sur la santé mentale du personnel vétérinaire, qui établit souvent des liens à long terme avec les animaux dont ils s'occupent et avec leurs propriétaires. .

«Cette connexion et ces relations sont très importantes, a déclaré M. Lawson. Je pense donc que les soins de fin de vie représentent un poids considérable à porter pour nos collègues.»

De plus, Mme Jewett a déclaré qu'un autre facteur de stress est la «crise morale» liée à la réalité financière de l'exploitation d'une clinique vétérinaire et du fait d'exiger que les clients paient. «Si le client n'a pas les moyens financiers nécessaires pour couvrir ce (traitement), c'est un sentiment très terrible pour les vétérinaires et le personnel», a-t-elle déclaré.

Jan Robinson, registraire et PDG de l'Ordre des vétérinaires de l'Ontario, a déclaré que le secteur vétérinaire «ressent d'énormes pressions sous de nombreux angles différents ».

Mme Robinson a déclaré qu'elle entendait des cliniques vétérinaires qui avaient du mal à embaucher du personnel et des hôpitaux vétérinaires d'urgence qui manquaient de personnel et ne pouvaient pas respecter les horaires prévus.

«Et nous avons entendu des témoignages du public qui s’inquiètent des longs délais d’attente pour les soins aux animaux… ou du fait que l’individu doit parcourir une assez longue distance pour que son animal reçoive des soins», a-t-elle déclaré.

Pénurie de personnel

Les associations de médecins vétérinaires d’autres provinces affirment connaître une pénurie de personnel, notamment au Manitoba, où le registraire a déclaré que la province est «indéniablement confrontée à une grave pénurie de vétérinaires».

L'Association des médecins vétérinaires de l'Île-du-Prince-Édouard a déclaré qu'il y avait une pénurie de vétérinaires travaillant dans des postes d'urgence, et l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec a déclaré qu'il était devenu de plus en plus difficile d'accéder aux services vétérinaires dans toute la province ces dernières années.

En Ontario, le nombre de vétérinaires en exercice est resté stable, a déclaré Mme Robinson, mais le collège a remarqué un changement dans la façon dont les vétérinaires choisissent de travailler, ce qui peut être dû à la tension du travail.

«La médecine vétérinaire fournit des soins aux animaux 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et ce n’est pas une grande profession…. L’attitude à l’égard du travail a donc changé au cours des cinq à dix dernières années, les individus étant désormais plus préoccupés par l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée», a-t-elle déclaré.

Mme Robinson a ajouté qu'elle avait remarqué qu'il y avait moins de vétérinaires qui possèdent leur propre cabinet et une légère augmentation du nombre de vétérinaires qui travaillent dans des rôles qui leur permettent de limiter leurs heures.

M. Pothier a déclaré qu’à son âge, près de 64 ans, il avait espéré ralentir au travail, mais qu’au lieu de cela, il y consacre «autant d’heures, voire plus, que jamais».

« Je devrais penser à la retraite, mais personne ne prend la relève et il n’y a pas assez de nouvelles personnes qui y emménagent. Nous sommes donc obligés de tenir le cap jusqu’à ce que les choses changent», a-t-il déploré.

Lyndsay Armstrong, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 juin 2024

Les travailleurs de la SOPFEU approuvent la nouvelle convention collective

Les travailleurs de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) qui sont représentés par le syndicat Unifor ont ratifié l'entente de principe qui était intervenue avec leur employeur, de sorte qu'ils ont maintenant une nouvelle convention collective. Selon le syndicat, l'entente a reçu l'appui de 64,5 % des travailleurs qui se sont ...

21 juin 2024

Les Québécois sont les seuls Canadiens qui adhèrent au bilinguisme

Le bilinguisme canadien est «un mythe» à l'extérieur du Québec, qui est la seule province à y adhérer. Un sondage Léger réalisé pour La Presse Canadienne illustre de manière éclatante la fracture entre ce que l'on a souvent appelé les deux solitudes lorsqu’on compare les résultats obtenus au Québec à ceux du reste du Canada, et ce, à chacune des ...

19 juin 2024

Déménager est maintenant un «cauchemar» pour les locataires, prévient un regroupement

Déménager quand on est locataire est devenu un véritable parcours du combattant, selon le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ), qui prévient que l'approche visant à construire plus de logements préconisée par les gouvernements ne rendra pas la tâche plus facile pour les personnes à la recherche d'un ...