Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Selon l’étude, le secteur de la santé émet actuellement 3,6 % des émissions totales de GES de la province

Un plan de 3,8 milliards $ est proposé pour décarboner le réseau de la santé

durée 15h00
21 novembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Un plan de 3,8 milliards $ est requis pour atteindre l’objectif de décarbonation dans le réseau de la santé d’ici 2040, selon un nouveau rapport de la firme Dunsky Énergie + Climat. 

Le gouvernement du Québec s’est doté d’une cible de zéro émission directe de gaz à effet de serre pour les bâtiments de l’État et l’ensemble du parc de véhicules institutionnels en 2040, et le rapport présenté mardi se veut une feuille de route «clé en main» de décarbonation du système de santé. 

Il vise les bâtiments, les véhicules et les émissions indirectes de gaz à effet de serre (GES). 

Le plan, commandé par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) et financé par la Fondation familiale Trottier, propose entre autres d’instaurer des mesures d'économie d'énergie, notamment en récupérant la chaleur perdue des bâtiments, de remplacer les énergies fossiles, d’électrifier les véhicules et les ambulances, «tout en planifiant de façon optimale les infrastructures de recharge et l’usage des véhicules» et de comptabiliser les émissions indirectes aux bilans carbone. 

«La combustion d’énergies fossiles contribue à la fois à la pollution atmosphérique et aux changements climatiques, affectant ainsi la santé des populations, notamment en aggravant certaines maladies chroniques. La prise d’actions mobilisatrices pour l’atteinte de la carboneutralité est primordiale, non seulement en raison des impacts actuels, mais également parce qu'ils affecteront nos générations futures», a réagi la Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique pour la région de Montréal, dans un communiqué. 

«Sachant que la crise climatique est une menace réelle pour le secteur de la santé et que celui-ci se doit d’être exemplaire en matière d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, il nous apparaissait important de soutenir une démarche permettant de mesurer les efforts nécessaires pour décarboner ce secteur», a pour sa part indiqué  Éric St-Pierre, directeur exécutif de la Fondation familiale Trottier, un organisme financé par des fonds privés. 

Selon l’étude, le secteur de la santé émet actuellement 3,6 % des émissions totales de GES de la province, l’équivalent de 2,74 millions de tonnes de GES. 

Les principales sources des émissions proviendraient des bâtiments, du transport et des émissions indirectes. 

Stéphane Blais, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des organismes s'inquiètent d’une montée de violence contre les jeunes LGBTQ+

Alors que se tient ce mercredi la Journée des chandails roses visant à sensibiliser contre l’intimidation dans les écoles, des organismes s’inquiètent d’une montée de la violence contre les jeunes de la communauté LGBTQ+.  Pour souligner cette journée, l’organisme communautaire Interligne invite la population à s’afficher avec un chandail rose en ...

Un printemps qui s'annonce clément, selon les prévisions de MétéoMédia

Le printemps fera le bonheur des amoureux de l'été, mais risque de décevoir les adeptes de sports d'hiver alors que les températures s'annoncent plutôt clémentes pour une bonne partie du Québec et de l'Ontario, selon les prévisions de MétéoMédia. Les amateurs d'activités hivernales ne devraient pas fonder trop d'espoir sur les prochaines semaines ...

durée Hier 18h00

Pannes: Hydro-Québec veut inverser la tendance dès cette année

Au moment où les changements climatiques mettent son réseau électrique à rude épreuve, Hydro-Québec s’est donné l’objectif de réduire le nombre de pannes de 35 % d’ici 7 à 10 ans. La société d’État veut que ce nombre baisse dès cette année.  Hydro-Québec vise une baisse de 1 % en 2024. «Ça ne paraît pas beaucoup, mais si on regarde dans les ...