Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Les populations de pollinisateurs sont en déclin à travers le monde

Les changements climatiques menacent les pollinisateurs, prévient une étude

durée 18h00
20 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les changements climatiques menacent les pollinisateurs qui sont cruciaux à la production d'une grande partie de l'alimentation de la planète, prévient une nouvelle étude.

Les populations de pollinisateurs sont en déclin à travers le monde. On estime pourtant que 85 % des espèces de plantes à fleurs et 87 % des principales cultures mondiales dépendent des pollinisateurs pour la production de graines.

Si on savait déjà que les pollinisateurs sont menacés par des facteurs comme l'utilisation de certains pesticides, la pollution et la perte d'habitat, il semblerait qu'on doive maintenant ajouter les changements climatiques à cette liste.

«Les autres causes sont tout aussi dangereuses, mais on peut les contrôler au niveau local et on a des solutions pour aider les pollinisateurs, a dit l'auteure de l'étude, la chercheuse québécoise Johanne Brunet, qui travaille aujourd'hui au Wisconsin pour le compte du département américain de l'Agriculture.

«Mais du point de vue des changements climatiques, c'est imprévisible et c'est difficile à contrôler localement. Et on se rend compte que ça a plusieurs impacts sur les pollinisateurs.»

Les chercheurs craignent que les changements de température et d'eau associés aux changements climatiques ne viennent réduire la quantité et la qualité des ressources disponibles pour les pollinisateurs; diminuer la survie des larves ou des adultes; et modifier les habitats appropriés.

Ils soulignent que les changements climatiques pourraient notamment avoir un impact sur les plantes dont dépendent les pollinisateurs.

«Ça peut affecter la production du pollen et du nectar, autant du point de vue de la quantité que de la qualité, a prévenu Mme Brunet. Par exemple, les abeilles vont collecter le pollen pour nourrir les jeunes et elles ont besoin de pollen pour avoir des colonies en bonne santé.»

Un réchauffement du climat influencera aussi l'habitat des plantes, a-t-elle rappelé, puisque les plantes ne peuvent tolérer que certaines conditions climatiques. Certains insectes pourraient donc avoir plus de difficultés à trouver les plantes dont ils ont besoin pour survivre.

Le réchauffement pourrait également modifier le moment de floraison des plantes, a ajouté Mme Brunet, menaçant aussi potentiellement la survie des insectes.

«Ce sont des effets qui ne se contrôlent pas localement, c'est une histoire globale, a-t-elle dit. Il faut que tous les pays contribuent (à la solution).»

En l'absence de pollinisateurs, préviennent les auteurs de l'étude, l'alimentation humaine évoluera vers une prépondérance de blé, de riz, d'avoine et de maïs, puisque ces cultures sont pollinisées par le vent. Les cultures à reproduction végétative, comme les bananes, seront maintenues.

«Si on n'a pas de pollinisateurs, on n'aura plus de fruits, on aura beaucoup moins de légumes, la nourriture va changer, a dit Mme Brunet. Ça va changer où on pourra faire pousser certaines variétés, ça va changer toute la balance mondiale en fait, au point de vue de la nourriture, et la manière dont la nourriture est disponible au monde. Parce que si on en a moins, ça va devenir plus cher, ça va être plus compétitif. Ça va créer énormément de problèmes à toutes sortes de niveaux.»

Les chercheurs concluent en conseillant d'adopter une approche plus holistique de la conservation des pollinisateurs, avec des stratégies de gestion qui intègrent les habitats naturels et les systèmes agricoles, ainsi que les abeilles gérées et sauvages, ce qui devrait devenir une priorité dans le monde entier.

Les conclusions de cette étude ont été publiées par le journal scientifique CABI Reviews.

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Rapport de Banques alimentaires Canada: le taux de pauvreté serait sous-estimé

Le taux de pauvreté serait sous-estimé au pays, selon un rapport de Banques alimentaires Canada publié mardi. Banques alimentaires Canada estime que «le taux de pauvreté officiel du Canada ne donne pas une image complète de la faim et de l'insécurité alimentaire» au pays. L'organisation avance que 25 % des Canadiens auraient un niveau de vie ...

durée Hier 15h00

Hausse marquée à la DPJ des signalements pour exposition à la violence conjugale

Le nombre de signalements reçus à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) pour un motif d’exposition à la violence conjugale a plus que doublé en 10 ans, passant d'environ 8000 en 2014 à un peu plus de 17 000 en 2023. Cela représente une hausse de 14,7 % des signalements liés à l'exposition à la violence conjugale comparativement à ...

durée Hier 9h00

L'IA pour mieux comprendre la consommation problématique de pornographie

Une équipe internationale de chercheurs dirigée par une professeure de l'Université de Montréal a utilisé l'intelligence artificielle pour identifier des facteurs prédictifs d'une consommation problématique de pornographie. Plus de 70 scientifiques à travers le monde ont ainsi compilé leurs données de recherche pour recenser plus de 700 ...