Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Chronique de jeu

Facile le soccer sur une console... Essayez Mario Strikers : Battle League

durée 15h00
26 juin 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Yves Therrien
email
Par Yves Therrien, Journaliste

Le soccer, sur une console. Facile, dites-vous ? Vous serez étonné avec le nouveau jeu de Nintendo sorti il y a deux semaines à peine. Parfait pour les jours de pluie et les jours de congé, mais il faut de la coordination dans un jeu aussi technique.

Lorsque j’ai commencé à jouer à Mario Strikers : Battle League, dans des parties de soccer à 4 contre 4 particulièrement déjantées (3 joueurs et un gardien). J’ai été étonné par le niveau de difficulté, même en mode facile.

S’il y a un jeu d’été populaire, c’est bien le soccer. On retrouve dans le jeu tous les personnages imaginables du monde de Mario, les bons et les mauvais. Et ça roule à un train d’enfer avec Mario, Luigi, Bowser, Peach, Toad, Rosalina Yoshi, Donkey Kong, ou encore Wario, Waluigi et Boum Boumn, chacun ayant des attributs particuliers. Et plusieurs stades dans l'esprit Nintendo!

Si vous pensez que c’est simplement une partie de soccer, vous trouverez sur votre chemin une série d’obstacles comme les bombes qui font tomber les équipiers, les tortues virevoltantes qui vous font perdre le ballon, sans compter les tacles ordinaires et ceux qui sont surpuissants, les tirs puissants, les hyper frappes et les obstacles tout genre et des objets qui apparaissent aléatoirement pour offrir d’autres pouvoirs

Le drible, c’est la base, avec les passes et les tirs cadrés. Ça parait simple, mais les trucs, les enfarges et les ennemis sont légion.

Des raclées

J’ai mangé de fameuses raclée dans les parties ordinaires et dans les tournois qui permettent de gagner des pièces pour améliorer l’équipement des joueurs pour plus de vitesse, améliorer la technique, plus de puissance pour les tirs, plus de force pour faire tomber l’adversaire que ce soit les bras, la tête, les jambes et le torse. Mais pour améliorer l’équipement, il faut gagner les tournois.

J’ai eu beau passer 30 minutes pour comprendre l’apprentissage du jeu et maîtriser les techniques à l’entraînement, je serais incapable de me classer pour la Coupe du monde. Comme vous le dirait n’importe quel sportif, il n’y a rien de mieux que le terrain pour savoir si l’entraînement a été efficace…

Dans mon cas, j’ai dû refaire tous les entraînements deux fois. J’ai connu des améliorations, mais pas assez pour que je puisse passer dans toutes les rondes de la première série des coupes de championnat.

Contre d’autres joueurs

Même s’il y a le mode entre amis, jusqu’à 8 joueurs, même avec des équipes d’humains dans le mode Club Strikers contre des gens d’ailleurs dans le monde en créant son équipe ou en sélectionnant son joueur favori, je n’ai pas osé. Déjà que je me plantais contre la machine, alors contre des joueurs plus habiles et plus expérimentés, ça ne valait pas la peine d’essayer. Du moins, pas pour l’instant.

Après la première séance d’entrainement, je croyais que je maîtrisais bien la majorité des techniques. Dans la première partie, j’ai compté le premier but de l’équipe avec Mario. Puis ce fut l’égalité. Un deuxième but avec Bower. Je jubilais… Ça s’est arrêté-là net-fret sec. Les adversaires ont marqué 4 buts sans riposte. Une défaite amère.

Un deuxième match plus serré, mais une autre défaite. Et plusieurs autres. Je me sentais comme l’équipe de hockey de Montréal qui encaissait les défaites à la douzaine.

Retour dans la section des entraînements pour mieux me servir des objets donnant plus de puissance et les coups explosifs. Une autre demi-heure où je contrôlais mieux le ballon et le style du jeu, tout en peaufinant mes techniques.

Mais, comme il y a toujours un mais, j’ai ne pas pu faire mieux que l’égalité pour perdre en prolongation. J’ai joué une dizaine de parties en solo, sans voir la victoire au bout du tunnel.

Il faut plus que de la dextérité avec les deux pouces et les deux index pour réussir les bons coups. Il faut surtout un bon sens du « timing » pour les gros tacles ou à réussir à cliquer au bon moment dans les portions de la jauge lors des hyper coup de pied au but.

Amusez-vous. Moi, je continue l’entraînement pour gagner la prochaine coupe !

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


15 février 2024

Le Québec compte 280 médecins de plus, mais 4 régions perdent des médecins de famille

Le Québec continue d'augmenter ses effectifs médicaux, puisque 280 médecins de plus se sont ajoutés au réseau de la santé depuis un an, selon les plus récentes données du Collège des médecins (CMQ) publiées jeudi matin.  En date du 31 décembre 2023, le tableau de l'ordre comptait 26 001 médecins inscrits dans toute la province. Parmi les médecins ...

8 février 2024

L'activité physique ne compense pas les méfaits des boissons sucrées sur le cœur

Même la pratique hebdomadaire recommandée de 150 minutes d’activité physique ne suffit pas à compenser les risques de maladies cardiovasculaires associés à la consommation de boissons sucrées, prévient une nouvelle étude menée par l'École de santé publique T. H. Chan de l'Université Harvard à laquelle a participé un chercheur de l'Université ...

5 février 2024

Bienvenue à l'ère du "cardio douillet"

La polarisation politique. Les luttes économiques. Les inégalités. Les changements climatiques. Les guerres. Dans un monde souvent meurtri, il est difficile de blâmer les gens de chercher des moyens de se calmer. Des couvertures lestées aux romans policiers «douillets», en passant par des restaurants entiers et des livres de cuisine basés sur les ...