Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Violence physique, psychologique ou à caractère sexuel.

Étude de l'ISQ: 56 % des ados participants ont vécu de la violence en sport à l'école

durée 18h00
9 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Plus de la moitié des élèves du secondaire sondés dans une étude de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) ont subi de la violence dans les milieux sportifs au Québec, notamment de la violence physique, psychologique ou à caractère sexuel. 

Cette étude dont les résultats ont été dévoilés jeudi a été menée auprès de 19 642 jeunes de 14 ans et plus issus des écoles publiques et privées de la province. De cet échantillon, 47 % pratiquent un sport organisé. 

Les données recueillies montrent que 56 % des répondants ont subi une forme de violence de la part d'une personne en position d’autorité ou d’un pair depuis le début de leur parcours sportif.

Lorsqu'on parle d'une personne en position d'autorité dans le parcours sportif d'un élève, il peut s'agir d'un professeur, un entraîneur, un préparateur physique, des membres de l'équipe médicale, etc. «Ça peut être tout intervenant qui est en contact avec le jeune durant sa pratique sportive», a expliqué Sylvie Parent, chercheuse à la Chaire de recherche Sécurité et intégrité en milieu sportif de l’Université Laval. 

Toutes formes de violence confondues, 40 % des adolescents ont été victimes d'une forme de la violence commise par une personne en situation d'autorité. 

L'ISQ met en garde que les résultats de cette étude ne peuvent pas être transposés à l'ensemble des jeunes du secondaire pratiquant un sport. Il s'agit d'un portrait sur une situation pour combler un manque d’information sur cette problématique. 

«On a un grand besoin de données et dans les dernières années il y a eu des constats et des écrits à ce sujet comme quoi c'est bien beau vouloir faire des politiques, des programmes de prévention et d'intervention, mais on n'a pas de chiffres», a mentionné Jasline Flores, coordonnatrice aux enquêtes de santé de l'ISQ. L'Institut a été interpellé par des experts de ce domaine et le ministère de l'Éducation pour remédier à cette lacune d'informations. 

Le type de violence le plus rapporté par les élèves est celui de la violence psychologique ou de négligence. Plus du quart ont dit avoir vécu ces genres de violence de la part d'une personne en situation d'autorité. 

Dans sa présentation des résultats, l'ISQ donne en exemple que certains adolescents ont pu avoir été rejetés volontairement, critiqués de manière excessive, entre autres sur leurs performances, ou encore avoir fait l'objet d'injures ou d'actions les ayant humiliés ou ridiculisés.

L'étude révèle également que 16 % des jeunes sportifs sondés ont connu de la violence «instrumentale» de la part de personnes en position d'autorité. Cela inclut de forcer ou demander à un élève d’utiliser des moyens pour qu’il ou elle atteigne le poids idéal dans son sport (exemple: jeûne total; vomissements; pilules amaigrissantes; produits diurétiques, laxatifs ou anabolisants).

Demander à un jeune de restreindre ses liens avec son réseau social pour qu'il s’investisse mieux dans son sport ou encore lui demander de s’entraîner ou le forcer à le faire malgré une blessure connue ayant une contre-indication médicale sont d'autres exemples de violence «instrumentale». 

Violences sexuelles, pas seulement en sport d'élite

Parmi les sportifs ayant participé à l'étude, 11 % ont été victimes d’au moins un geste de violence physique venant d'un individu responsable (13 % des garçons et 9 % des filles). Également, 8 % ont été victimes d’au moins un geste de violence sexuelle de la part d'une personne en situation d'autorité (9 % des filles et 6 % des garçons).

Les violences sexuelles ont aussi été commises par des pairs: 14 % en ont été victimes (16 % des filles et 11 % des garçons). 

Concernant la violence sexuelle, Mme Parent a indiqué que des études précédentes pointent dans le même sens que ces données. Ce qui a davantage surpris la chercheuse, ce sont les âges auxquels ces événements sont survenus.

Pour les gestes perpétrés par les coéquipiers, 25 % ont été vécus pour la première fois à l'âge de 10 ans ou avant; 40 % entre 11 et 13 ans; 36 % chez les jeunes de 14 ans ou plus. 

Du côté des personnes en situation d'autorité, 28 % des gestes à caractère sexuel ont été subis par des jeunes de 10 ans ou moins; 33 % de 11 à 13 ans; 39 % à l'âge de 14 ans ou après. 

«Ça vient enlever toute la perspective des gens qui pensent souvent que c'est des athlètes d'élite qui vivent cela. (...) Peu importe le niveau sportif, ça transcende l'ensemble, et ce sont des éléments importants à adresser», affirme Mme Parent. 

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Québec investit 1,9 million $ pour mettre les parcs de la Sépaq à la portée de tous

Québec investit 1,9 million $ pour rendre plus accessibles à la population les parcs nationaux de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). La ministre du Sport, du Loisir et du Plein air, Isabelle Charest, et le PDG de la Sépaq, Martin Soucy, en ont fait l'annonce vendredi matin, au parc national d'Oka. La nouvelle mesure ...

ParticipACTION s'inquiète de l'impact du climat sur l'activité physique des jeunes

L’édition 2024 du Bulletin de l’activité physique chez les enfants et les jeunes de ParticipACTION constate une très légère amélioration de la situation, mais ajoute les changements climatiques à la liste des obstacles qui peuvent empêcher les jeunes de bouger. ParticipACTION accorde cette fois-ci une note de «D+» à l'ensemble de l'activité ...

23 avril 2024

Découvrez les secrets de la pêche avec Alec Delage au Biophare

Le Biophare est fier d'annoncer la conférence « Le lac Saint-Pierre, un plan d’eau par excellence pour apprendre à pêcher » animée par le guide technicien et fondateur de l’Académie de pêche du lac Saint-Pierre, Alec Delage. L'événement se déroulera le dimanche 5 mai à 13h30 au Biophare, offrant aux adeptes de la pêche une opportunité ...