Publicité
8 octobre 2019 - 06:00

Financement de la politique culturelle et du plan de développement de la zone agricole de la MRC

Le Syndicat de la FPQ déplore les décisions du maire Serge Péloquin

Par Salle des nouvelles

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a dénoncé l’attitude de la Ville de Sorel-Tracy quant à sa volonté de se retirer du financement de la politique culturelle et du plan de développement de la zone agricole de la MRC de Pierre-De Saurel (MRC), venant ainsi menacer deux emplois au sein de l’instance.

« À la séance publique du Conseil de la MRC du 11 septembre dernier, le conseiller régional Serge Péloquin a lui-même appuyé la permanence du poste de coordonnatrice au  développement culturel, et à peine 20 jours plus tard, il annonce son souhait de se retirer du financement pour l mise en œuvre de la politique culturelle régionale », a déploré Jean-François Sylvestre, président régional du SFPQ.

 

Une ambiance d'incertitude

« De plus, cela fait plusieurs semaines que la MRC est en processus d’embauche pour combler le poste de coordonnateur au développement de la zone agricole, une procédure connue du maire Péloquin. Ses agissements de la dernière semaine viennent grandement nuire à l’attraction de la main d’œuvre au sein de la MRC et même de toute la région » a poursuivi M. Sylvestre. Il estime que cette attitude impacte grandement le climat de travail de l’ensemble des employés de la MRC, créant une ambiance d’incertitude quant à leur avenir.

Le SFPQ rappelle qu’il n’y a aucun chevauchement de compétences entre la ville-centre et la
MRC. Elles ont des objectifs communs, mais les actions pour y parvenir sont différentes et complémentaires. Le plan d’action annuel de la MRC a toujours été réfléchi en fonction de celui de la Ville.

Selon le syndicat, c’est notamment pour cette raison que travailler en collaboration étroite avec la celle-ci est important et nécessaire pour la MRC. La zone agricole représente 90 % du territoire de la MRC, et que le plan de développement de la zone agricole, son plan d’action et sa mise en œuvre, serait "plus que nécessaire au sein même de la MRC".

 

Le maire Péloquin "handicaperait certaines municipalités rurales" par sa décision

« Depuis plusieurs mois, le maire Péloquin ne cesse d’attaquer la légitimité de la MRC. Avec ses
dernières déclarations, plusieurs maires ne se sont pas présentés à la dernière séance extraordinaire de la MRC, qui n’a donc pu être tenue faute de quorum. La Ville de Sorel-Tracy est très importante dans la région, mais le maire Péloquin ayant la double majorité se permet tout. Il est déplorable qu’un élu régional agisse en loup solitaire au détriment des plus petites municipalités. La culture et l’agriculture sont des facteurs économiques importants pour la région
est c’est pourquoi la MRC s’assure que ces services soient équitables pour tous!
» a indiqué le porte-parole syndical.

Selon le syndicat, le maire Péloquin aurait pris "la voie facile" en s’attaquant aux services et aux emplois de la MRC de Pierre-De Saurel qui offrent à la région un soutien essentiel au développement culturel et agricole. En refusant désormais d’investir les sommes nécessaires à des services régionaux de qualité, il "handicape sérieusement certaines municipalités rurales et
membres de la MRC, pénalisant ainsi l’ensemble de la région
".

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Sorel-Tracy Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Sorel-Tracy Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.