Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Sorel-Tracy concerné via le CTTEI du Cégep

Plastiques: le gouvernement et six acteurs s'unissent pour créer une économie circulaire

durée 17h00
25 février 2020
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Salle des nouvelles

Avec l’appui d’Environnement et Changement climatique Canada, cinq entreprises importantes du secteur de l’alimentation, des boissons et de l’emballage au Canada, en collaboration avec l’Association canadienne de l’industrie des plastiques (ACIP), unissent leurs forces et créent le Groupe d’action plastiques circulaires (GAPC). Le but ? Favoriser la mise en place d’une économie circulaire pour les plastiques. Dans cette optique, tous s'associent avec le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTEI) du cégep de Sorel-Tracy.

En misant sur une meilleure adéquation entre les besoins des marchés et des acteurs du recyclage (centres de tri et conditionneurs), Cascades, Danone Canada, Dyne-a-pak, Keurig Dr Pepper Canada, TC Transcontinental et l’ACIP s’associent avec le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTEI) du cégep de Sorel-Tracy, en collaboration avec Chamard Stratégies environnementales, pour identifier et proposer des solutions d’optimisation de la gestion des plastiques tout au long de la chaîne de valeur du recyclage. Éco Entreprises Québec soutiendra également le projet à titre de conseiller et de partenaire financier.

Recyclage local

Le projet élaborera une cartographie de la chaîne de valeur du recyclage et mettra à l’épreuve des solutions innovantes, par l’entremise de projets pilotes. « Nous sommes tous conscients que le plastique doit non seulement être mieux récupéré au Canada mais, surtout, qu’il doit être recyclé dans une perspective d’économie circulaire. Notre volonté est que l’ensemble des plastiques puisse être recyclé localement et qu’un marché solide de la résine recyclée s’implante sur notre territoire. Pour y arriver, nos centres de tri et nos conditionneurs doivent être mieux épaulés, et notre engagement s’inscrit dans cette perspective et notre volonté de poser des gestes concrets à cet effet », expliquent les membres fondateurs du GAPC.

Par ce projet, les membres du GAPC souhaitent apporter des solutions concrètes aux défis actuellement vécus par l’industrie du recyclage au Québec et au Canada. Ainsi, ils soutiendront le renforcement des marchés existants et la création de nouveaux marchés locaux et nationaux dynamiques, alimentés par une industrie performante produisant des matières recyclées de qualité. Le but est de jeter les bases d’une véritable économie circulaire des plastiques. Cette initiative portée par des chefs de file de l’industrie s’inscrit dans cette volonté annoncée récemment par le gouvernement du Québec de renforcer la responsabilité des entreprises en matière de gestion du recyclage.

Une subvention de 475 000$ étalée sur deux ans

Environnement et Changement climatique Canada appuiera financièrement la phase initiale du projet par une subvention de près de 475 000 $ sur deux ans. La portion résiduelle du financement de cette première étape proviendra des contributions des membres fondateurs du GAPC et de Éco Entreprises Québec, qui épauleront également le projet par leur expertise et leur savoir-faire.

Le GAPC collabore également avec différentes entités au sein du gouvernement provincial. Le groupe est d’ailleurs consulté par les cabinets du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) dans l’élaboration de la stratégie plastique du gouvernement provincial.

« L’enjeu du recyclage des plastiques en est un qui préoccupe de plus en plus la population et ce projet envoie un signal très encourageant d’un pas dans la bonne direction et d’une volonté commune de recherche de solutions concrètes de la part de l’industrie », déclare Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC.

« Éco Entreprises Québec salue le leadership des entreprises qui se sont rassemblées autour de ce projet et leur engagement envers l’utilisation des plastiques issus de la collecte sélective du Québec, offrant ainsi un débouché de marché local pour ces matières », ajoute la PDG de Éco Entreprises Québec, Maryse Vermette.

Le Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ) appuie également cette initiative du secteur corporatif. « Ce projet porteur témoigne d’une volonté réelle des entreprises impliquées de contribuer à l’économie circulaire, au développement de technologies vertes et à la création de débouchés concrets pour les plastiques recyclés au Québec », affirme la PDG du CPEQ, Hélène Lauzon.

Selon l’échéancier préliminaire prévu, la première phase du projet s’échelonnera jusqu’à octobre 2020.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


2 février 2023

La vaccination COVID-19 cible maintenant qu'une partie de la population

Dorénavant la vaccination contre la COVID-19 est recommandée seulement à certaines personnes en particulier celles qui n’ont jamais contracté le virus selon ce qu’a annoncé en point de presse le directeur national de la Santé publique, le Dr Luc Boileau.  En effet, après l’analyse de plusieurs données et recherches, il a été remarqué que les ...

1 février 2023

Nouvel outil pour combattre le cancer du poumon

Un nouvel outil développé par des chercheurs des universités Laval et McGill permettrait de déterminer avec une précision d'environ 95 % le risque de voir le cancer réapparaître chez un patient qui a subi une résection d’une tumeur pulmonaire. Les équipes des professeurs Logan Walsh et Daniela Quail, de l’Université McGill, et Philippe Joubert, ...

30 janvier 2023

Québec: minorités visibles sous-représentés chez les dirigeants d'organismes publics.

Un nouveau rapport publié lundi constate que les membres des minorités visibles sont encore sous-représentés dans les postes de direction des organismes publics québécois. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse constate que les obstacles persistent non seulement pour accéder aux emplois, mais encore davantage pour la ...