Publicité

12 juin 2020 - 17:30

Pour le groupe Action Logement Pierre-De Saurel, il faut revoir l'aide

Plan d’action du 1er juillet : des mesures pour contrer les évictions sont nécessaires

Par Salle des nouvelles

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) se dit soulagé que le gouvernement du Québec annonce enfin son plan d’action en vue du 1er juillet.

Il accueille positivement les 1 800 programmes de supplément au loyer d’urgence (PSL-U) annoncés et salue la hausse du plafond du loyer admissible, une mesure nécessaire en raison de l’explosion du prix des loyers un peu partout dans la province.

Pas de mesure sur la durée

Toutefois, le Regroupement se désole que le plan d’action ne contienne aucune mesure à moyen ou long terme, comme la prolongation du moratoire sur les expulsions de locataires qui prendra fin au mois de juillet, pour contrer la crise du logement.

« Avec la récente reprise des audiences à la Régie du logement, nous craignons une vague d’évictions sans précédent », déplore Maxime Roy-Allard, porte-parole du RCLALQ.

Du côté de la MRC Pierre-De Saurel, plusieurs des mesures mises en place par le gouvernement trop tardivement ne seront pas applicables pour les locataires, les laissant avec beaucoup trop d’incertitudes pour ce 1er Juillet qui arrive à grand pas.

De plus il faut rajouter le manque flagrant de logements sociaux dans la région qui serviraient à pallier au manque de loyers sains et salubres pour tous les locataires à faible revenus.

« Plusieurs locataires qui étaient en attente d’une audience pour la reprise de leur logement ou pour une tentative d’éviction craignent de ne pas trouver un nouveau toit à temps. Nous demandons à la ministre Andrée Laforest la prolongation de 6 mois du moratoire sur les expulsions de locataires », réclame le porte-parole.

Le Regroupement craint que, suite à l’émission de nombreux jugements d’éviction par le tribunal, plusieurs ménages locataires se retrouvent en recherche de logement en même temps. Avec un taux d’inoccupation à son plus bas en 15 ans et une crise sanitaire qui a causé des pressions supplémentaires sur le marché locatif, il sera très difficile pour ces locataires de trouver un logement abordable et qui correspond à leurs besoins.

Réviser l'aide

« Trouver un logement est déjà une entreprise périlleuse. Certains locataires devront se résoudre à louer un logement trop cher pour éviter de se retrouver à la rue. Nous demandons à la ministre de revoir le programme de prêt d’aide au paiement du loyer afin qu’il soit transformé en subvention. Nous lui demandons également à ce que tous les ménages locataires ayant des difficultés de paiement y soient admissibles », demande le porte-parole du RCLALQ.
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Sorel-Tracy Express se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Sorel-Tracy Express collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.