X
Rechercher
Publicité

7 231 jeunes ont été retirés de l’école

École à la maison : moins d'enfants que l'année dernière

durée 09h00
10 septembre 2021
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Après une hausse marquée du nombre d’enfants qui ont été scolarisés à la maison par leurs parents l’an dernier en raison de la pandémie de COVID−19, ils seront moins nombreux cette année, malgré l’ombre de la 4e vague. 

Pour la rentrée de l’automne 2020, un sommet a été atteint avec 11 684 enfants qui se sont fait faire l’école chez eux, selon les chiffres du ministère de l’Éducation transmis à La Presse Canadienne.

C’était un bond notable par rapport aux 5 964 enfants de l’année scolaire précédente.

Pour la rentrée 2021, ce sont tout de même 7 231 jeunes qui ont été retirés de l’école par leurs parents et déclarés «en enseignement à la maison», soit environ 4500 petits Québécois de moins que l’an dernier.

Il n’est pas question ici des cours en ligne offerts par les écoles aux élèves qui ont une condition médicale pour laquelle ils ont obtenu une exemption d’aller en classe. Il s’agit d’enfants retirés de l’école et pour lesquels les parents deviennent responsables de l’enseignement, en ayant établi eux−mêmes un plan d’apprentissage à la maison. Leur programme est suivi par le ministère de l’Éducation et des évaluations de leurs apprentissages ont lieu tous les ans.

Selon Marine Dumond, présidente de l’Association québécoise de l’éducation à domicile (AQED), plusieurs raisons expliquent que moins d’enfants aient été retirés de leurs salles de classe cette année.

En contact avec de nombreux parents qui font appel à l’AQED pour avoir de l’aide et des ressources, elle souligne que la vaccination contre la COVID−19 a probablement joué un rôle: «Il y en a qui se sentent plus à l’aise de retourner à l’école», dont les familles qui craignaient la contamination d’un parent âgé ou d’un membre de la famille vulnérable qui aurait pu être en contact avec un enfant qui fréquente l’école. 

Mais aussi, note−t−elle, «c’est un gros engagement de faire l’école à la maison». Il faut s’informer des règles et exigences du ministère de l’Éducation, préparer un programme d’enseignement et du matériel pédagogique et aussi faire progresser les enfants.

«Peut−être qu’il y a des familles qui ont trouvé ça difficile.»

L’exigence du port du masque en classe annoncée au mois d’août — dans une bonne portion des écoles du Québec —  a eu un impact selon elle, bien que cela ait pesé dans la balance pour les parents «dans les deux directions»: certains qui craignaient le virus à la rentrée ont été rassurés d’envoyer leurs enfants en classe si le masque était requis pour tous, alors que pour d’autres familles, c’était un point négatif puisqu’elles jugent que cela nuit à l’expérience éducative.

Elle a aussi constaté ceci: si des parents ont fait l’école à la maison pour la première fois l’an dernier en raison de la pandémie, ils ont aimé l’expérience et l’ont poursuivie cette année, pas par crainte du virus, mais simplement parce qu’ils jugent que les bénéfices en valaient la peine.

Stéphanie Marin, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


18 mai 2022

Une carte interactive pour lutter contre l’homophobie et la transphobie

Le Conseil québécois LGBT (CQ-LGBT) lance sa nouvelle plateforme en ligne nommée INCLUSION LGBTQ2+, qui offre un répertoire d’activités de formation et de sensibilisation aux enjeux de la communauté, dans le cadre de la Journée internationale de la lutte contre l'homophobie et la transphobie. Cette nouvelle plateforme offrira aux Québécois un ...

16 mai 2022

Votre grand ménage du printemps est-il commencé ?

Les beaux jours sont de retour. Il ne reste plus une trace de neige et plusieurs personnes se sont occupées de nettoyer leur terrain. Maintenant que l’extérieur est terminé, il reste l’intérieur de la demeure. Il est de coutume de faire un grand ménage de printemps. Les accrocs du ménage ont certainement déjà débuté avec enthousiasme. Tandis que ...

14 mai 2022

Bébés du Québec: critiques sur le faible pourcentage de détection de la surdité

Deux associations professionnelles québécoises fustigent la lenteur des autorités à élargir l’accès des bébés au Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau−nés (PQDSN), alors que le Québec traîne déjà largement de l’arrière par rapport à d’autres juridictions canadiennes.  L’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec ...