Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Bilan après deux ans de pandémie

COVID-19: 6 millions de morts dans le monde

durée 12h00
7 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

Le nombre officiel de morts attribuées à la COVID-19 dans le monde a dépassé les 6 millions lundi, rappelant que la pandémie, qui entre maintenant dans sa troisième année, est loin d'être terminée.

La marque, enregistrée par l'Université Johns Hopkins, est le plus récent rappel tragique de la nature implacable de la pandémie, alors même que les gens retirent leurs masques, que les voyages reprennent et que les entreprises rouvrent dans le monde entier.

Les îles éloignées du Pacifique, dont l'isolement les avait protégées pendant plus de deux ans, sont actuellement aux prises avec leurs premières éclosions et leurs premiers décès, alimentés par le variant hautement contagieux Omicron.

Hong Kong, qui voit les décès monter en flèche, testera l'ensemble de sa population de 7,5 millions de personnes trois fois ce mois-ci alors qu'elle s'accroche à la stratégie «zéro COVID» de la Chine continentale.

Alors que les taux de mortalité restent élevés en Pologne, en Hongrie, en Roumanie et dans d'autres pays d'Europe de l'Est, la région a vu plus de 1,5 million de réfugiés arriver d'une Ukraine déchirée par la guerre, un pays avec une faible couverture vaccinale et des taux élevés de cas et de décès.

Et malgré leur richesse et la disponibilité des vaccins, les États-Unis approchent à eux seuls le million de décès signalés.

Les taux de mortalité dans le monde sont toujours les plus élevés parmi les personnes non vaccinées contre le virus, a souligné Tikki Pang, professeur invité à la faculté de médecine de l'Université nationale de Singapour et coprésident de la Coalition pour la vaccination en Asie-Pacifique.

«C'est la maladie des non-vaccinés — regardez ce qui se passe à Hong Kong en ce moment, le système de santé est débordé», a déclaré M. Pang, ancien directeur de la politique de recherche et de la coopération avec l'Organisation mondiale de la santé. «La grande majorité des décès et des cas graves concernent le segment vulnérable et non vacciné de la population.»

Il a fallu sept mois au monde pour enregistrer son premier million de décès dus au virus après le début de la pandémie au début de 2020. Quatre mois plus tard, un autre million de personnes étaient mortes, et un million sont mortes tous les trois mois par la suite, jusqu'à ce que le nombre de morts atteigne 5 millions à la fin octobre. Maintenant, il a atteint 6 millions – plus que les populations de Berlin et de Bruxelles réunies, ou que l'ensemble de l'État du Maryland.

Mais malgré l'énormité du chiffre, le monde a sans aucun doute frappé son 6 millionième décès il y a déjà quelque temps. La mauvaise gestion des dossiers et des tests dans de nombreuses régions du monde a entraîné un sous-dénombrement des décès par coronavirus, en plus d'un excès de décès liés à la pandémie, mais pas d'une infection à la COVID-19, comme les personnes décédées de causes évitables, mais qui n'ont pas pu recevoir de traitement parce que les hôpitaux étaient pleins.

Edouard Mathieu, responsable des données pour le portail Our World in Data, a déclaré que – lorsque les chiffres de surmortalité des pays sont étudiés – on peut estimer que près de quatre fois le nombre de décès signalés sont probablement morts à cause de la pandémie.

Une analyse des décès excédentaires par une équipe de «The Economist» estime que le nombre de décès dus à la COVID-19 se situe entre 14,1 millions et 23,8 millions.

«Les décès confirmés représentent une fraction du nombre réel de décès attribuables à la COVID, principalement en raison de tests limités et de difficultés dans l'attribution de la cause du décès», a déclaré M. Mathieu à l'Associated Press. «Dans certains pays, pour la plupart riches, cette fraction est élevée et le décompte officiel peut être considéré comme assez précis, mais dans d'autres, il est fortement sous-estimé.»

Les États-Unis ont le plus grand nombre de morts officiels au monde, mais les chiffres ont affiché une tendance à la baisse au cours du dernier mois.

Le monde a enregistré plus de 445 millions de cas confirmés de COVID-19, et les nouveaux cas hebdomadaires ont récemment diminué dans toutes les régions, à l'exception du Pacifique occidental, qui comprend la Chine, le Japon et la Corée du Sud, entre autres, a rapporté l'Organisation mondiale de la santé cette semaine.

Bien que les chiffres globaux dans les îles du Pacifique qui voient leurs premières éclosions soient faibles par rapport aux pays plus grands, ils sont importants parmi leurs minuscules populations et menacent de submerger les systèmes de santé fragiles.

«Compte tenu de ce que nous savons sur la COVID (...), elle est susceptible de les toucher au moins pour la prochaine année», a déclaré Katie Greenwood, cheffe de la délégation de la Croix-Rouge du Pacifique.

Les îles Tonga ont signalé leur première éclosion après l'arrivée du virus avec des navires d'aide internationale à la suite de l'éruption d'un volcan massif, le 15 janvier, suivie d'un tsunami. Elles comptent désormais plusieurs centaines de cas, mais – avec 66% de sa population entièrement vaccinée – elle a jusqu'à présent signalé des personnes souffrant principalement de symptômes bénins et aucun décès.

Les îles Salomon ont connu leur première éclosion en janvier et comptent désormais des milliers de cas et plus de 100 décès. Le nombre réel de morts est probablement beaucoup plus élevé, l'hôpital de la capitale étant débordé et plusieurs personnes mourant à la maison, a déclaré Mme Greenwood.

Seuls 12 % des Salomoniens sont entièrement vaccinés, bien que l'éclosion ait donné un nouvel élan à la campagne de vaccination du pays et que 29 % aient désormais reçu au moins une dose de vaccin.

La disparité mondiale de la vaccination se poursuit, avec seulement 6,95 % des personnes dans les pays à faible revenu entièrement vaccinées, contre plus de 73 % dans les pays à revenu élevé, selon Our World in Data.

The Associated Press

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


23 novembre 2022

Transition énergétique: des milliers de tonnes de nouveaux déchets à gérer

La transition énergétique devrait permettre de réduire les gaz à effet de serre, mais elle entraînera également l’apparition de nouveaux types de déchets. Dans une étude publiée mardi, RECYC-QUÉBEC souhaite stimuler la réflexion pour gérer de façon optimale les centaines de milliers de tonnes de nouveaux matériaux qui devront éventuellement être ...

16 novembre 2022

Trois virus inquiètent les autorités gouvernementales du Québec

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, et le Dr Luc Boileau, directeur national de la Santé publique, ont tenu un point de presse afin de faire un bilan sur la situation sur la COVID, mais également les maladies infectieuses et respiratoires. En effet, les instances ne s’inquiètent plus que pour la COVID, mais également pour l’influenza et le ...

10 novembre 2022

Les déversements d’eaux usées en baisse de 30% au Québec en 2021

Les municipalités québécoises déversent de moins en moins d’eaux usées dans les milieux naturels, selon un palmarès de la Fondation Rivières. Le Québec a enregistré 36 391 déversements en 2021, contre 52 794 l’année précédente. Mais cette embellie pourrait être temporaire, prévient l’organisme environnemental qui a dévoilé son classement ...