Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Les étudiants continuent de bouder la médecine familiale, déplore la FMOQ

durée 18h00
24 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La médecine familiale continue d’être boudée par les étudiants, déplore la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) qui lance un appel à l’action afin de rendre cette spécialité plus attractive.

Au terme du premier tour de sélection des futurs médecins par le service canadien de jumelage des résidents (acronyme anglais CARMS), il reste 99 places non comblées pour des résidents en médecine familiale dans les facultés québécoises.

Cette plateforme sert à jumeler les étudiants et les facultés de médecine en fonction des choix de spécialités exprimés par les futurs résidents. À titre comparatif, seulement 12 postes de résidents en médecine spécialisée demeurent vacants après le premier tour.

Pour la FMOQ, il s’agit d’une nouvelle déception alors que ce sont plus de 500 places en résidence qui n’ont pas trouvé preneur depuis dix ans. Un deuxième tour devrait permettre de combler certains des postes disponibles, mais il faudra patienter environ un mois pour obtenir une mise à jour de la situation.

Or, selon le président de la FMOQ, le Dr Marc-André Amyot, on voit de plus en plus d’étudiants préférer prendre une année sabbatique ou aller travailler en laboratoire avant de tenter à nouveau leur chance dans une autre spécialité plutôt que de sélectionner la médecine familiale en deuxième choix.

D’après le Dr Amyot, un certain dénigrement de la médecine familiale a laissé des traces au fil du temps. De plus, la lourdeur de la tâche peut rebuter certains jeunes médecins qui voient la population vieillir et ses besoins augmenter en matière de soins de santé.

De plus, les contraintes entourant la pratique des omnipraticiens, incluant la paperasse et le manque de ressources de soutien, peuvent aussi refroidir les ardeurs de certains candidats.

Selon la FMOQ, il manque environ 1100 médecins de famille au Québec. Si l’on se réfère aux «Plans régionaux d'effectifs médicaux (PREM) en médecine de famille» 2023 du ministère de la Santé et des Services sociaux, ce sont 55 places qui sont disponibles pour des omnipraticiens en régions intermédiaires et éloignées ainsi que 58 places qui sont disponibles pour des médecins déjà en pratique dans les régions universitaires et périphériques.

À cela s’ajoutent 30 places accessibles pour de nouveaux médecins dans les régions universitaires et périphériques.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


13 juin 2024

Une tarification de nuit pour des bornes de recharge de véhicules électriques

Dès le 17 juin, une tarification préférentielle de nuit pour le réseau de recharge rapide pour véhicules électriques RechargÉco IGA sera mise en place.   Ainsi, les usagers de véhicules électriques profiteront d’un rabais de 10 cents le kilowattheure (kWh) de 21 h 00 à 5 h 59 lorsqu’ils procéderont à la recharge de leur véhicule. « Cette ...

10 juin 2024

Sécurité des travailleurs routiers en jeu: une semaine de sensibilisation est lancée

Québec lance une campagne et une semaine sur la sécurité des travailleurs routiers, alors qu'il y a eu 822 victimes dans les chantiers routiers au Québec l'an dernier. La ministre des Transports, Geneviève Guilbault, a fait l'annonce, lundi à Montréal, de cette première Semaine nationale de sensibilisation à la sécurité des travailleurs routiers, ...

7 juin 2024

Le gouvernement est ouvert à modifier le projet de loi sur les préjudices en ligne

Le ministre canadien de la Justice se dit ouvert à modifier la loi visant à protéger les Canadiens contre les méfaits en ligne, tandis que les conservateurs affirment que le gouvernement pourrait plutôt agir plus rapidement en modernisant les lois existantes. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a présenté vendredi à la Chambre des communes sa ...