Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie au Québec

Homophobie et transphobie: une peur de l'autre qui n'a pas raison d'être

durée 08h00
17 mai 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

L'actualité récente le démontre, les préjugés et la discrimination envers les personnes membres de la communauté LGBTQ2+ sont encore bien présents.

Ce mercredi marque la 20e Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie au Québec: pour l'occasion, la Fondation Émergence lance une campagne de sensibilisation axée sur les peurs irrationnelles.

La nanopabulophobie - la phobie des nains de jardin à brouette - , la peur des poules, nommée la gallinophobie, et la carpophobie, soit la frayeur face aux fruits: des affiches colorées et arborant des images loufoques visent à capter l'attention des passants à travers la province.

«Dans la science, une phobie, c'est une conception irrationnelle d'un danger qui n'a pas lieu d'être, explique Laurent Breault, directeur général de la fondation. Avoir peur d'avoir du beurre d'arachide collé sur le palais. L'homophobie et la transphobie sont toutes des peurs irrationnelles, sauf que ces deux dernières ont des impacts sur les communautés qu'elles visent.»

Cette campagne plutôt humoristique, au look rétro pour illustrer que la discrimination sexuelle est «chose du passé», contraste avec les précédentes de l'organisme, qui étaient plus sombres.

«Avant, on avait comme objectif de briser l'espèce de bulle que tout est beau, qu'il n'y a plus de problème, alors qu'il y a encore de la violence envers les personnes de la communauté LGBTQ2+», souligne M. Breault.

«Cette fois-ci, on a choisi un ton différent pour cibler les alliés silencieux, des gens qui soutiennent la cause LGBTQ2+ et qui ne savent pas nécessairement comment exprimer leur soutien», poursuit-il.

Une journée encore nécessaire

C'est au Québec et grâce au fondateur de la Fondation Émergence, Laurent McCutcheon, que la Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie a vu le jour, rappelle M. Breault.

Depuis, l'initiative a été reprise par plus d'une centaine de pays à travers le monde.

Vingt ans plus tard, une telle journée de sensibilisation est encore malheureusement nécessaire, déplore le directeur général.

«En vingt ans, il y a eu beaucoup d'acquis, relève-t-il. Je pense entre autres aux unions civiles et aux mariages entre conjoints de même sexe, l'intégration de l'identité et de l'expression du genre comme motifs de discrimination, l'interdiction des thérapies de conversion... Mais malgré ces avancées au niveau politique, c'est au plan social qu'il reste du chemin à faire. Il reste encore beaucoup de préjugés.»

La fondation a fait réaliser une étude par la firme Léger en février dernier auprès de 1539 Canadiens. On y apprend que 42 % des répondants se disent indifférents à la cause des communautés LGBTQ2+ ou n'en comprennent pas l'importance. Qui plus est, 32 % des répondants québécois seraient mal à l'aise de voir deux hommes s'embrasser.

«On aurait pensé qu'il y aurait une plus grande adhésion à la cause, déplore M. Breault. Mais c'est une opportunité de sensibiliser ces gens et d'en faire des alliés.»

L'enquête a aussi permis de voir que la transphobie et l'homophobie se sont transportées largement sur les réseaux sociaux, où 52 % des jeunes LGBTQ2+ disent avoir subi de l'intimidation, parfois au point d'avoir des idées suicidaires.

Enfin, 52 % des personnes LGBTQ2+ n'afficheraient pas leur orientation ou leur identité sexuelle au boulot, par crainte d'être discriminées, exclues ou la cible de moqueries, indique un sondage de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais, qui vise à sensibiliser les Québécois à la violence vécue par les membres de la diversité sexuelle.

«On pourrait croire que les milieux de travail sont des zones sécuritaires et inclusives, mais ça ne semble pas être le cas», avance M. Breault.

Malgré tout, le Québec est tout de même un lieu plus sécuritaire et ouvert pour les communautés LGBTQ2+, contrairement à de nombreux pays dans le monde, dont 14 dans la Francophonie, où le fait d'être homosexuel ou trans est soit criminel, soit punissable par la peine de mort, relativise le directeur général.

———

Cette dépêche a été rédigée avec l'aide financière de la Bourse de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Marie-Ève Martel, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Crises sociales: les actrices et acteurs du travail social font front commun

De nombreux acteurs des services sociaux du Québec ont fait front commun pour dénoncer un contexte sociétal caractérisé par de multiples crises sociales, écologiques, économiques, démographiques et climatiques, dans le cadre du sommet des premiers États généraux du travail social en 25 ans, tenu vendredi et samedi à Montréal. Les États généraux ...

19 avril 2024

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

La crise du logement est liée à la pénurie de main-d'œuvre en construction

Résoudre la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur de la construction sera essentiel pour augmenter l'offre de logements disponibles sur le marché, soutiennent des experts, alors que l'agence nationale du logement du Canada continue de prévoir des niveaux de mises en chantier inférieurs à la demande. Selon la Société canadienne d'hypothèques et ...