Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Santé

Les hormones naturelles des femmes ont un effet protecteur sur leur cerveau

durée 10h00
21 novembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les hormones naturelles produites par les femmes auraient un effet protecteur sur leur cerveau, selon ce que révèle une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Sherbrooke.

D’après les résultats publiés dans la revue scientifique «Neurology», de l'Académie américaine de neurologie, plus longtemps une femme est exposée à ses hormones naturelles, moins les petits vaisseaux sanguins de son cerveau risquent de présenter des signes de maladie.

Ces constats n’ont rien d’anodin puisque de manière concrète, des vaisseaux sanguins cérébraux en bonne santé diminuent les risques de subir des accidents vasculaires cérébraux, de développer des troubles cognitifs ou encore de souffrir de maladies dégénératives.

L’article intitulé «Association of Cumulative Lifetime Exposure to Female Hormones With Cerebral Small Vessel Disease in Postmenopausal Women in the UK Biobank» a été publié la semaine dernière par la revue scientifique «Neurology», éditée par l'Académie américaine de neurologie.

Il est cosigné par six chercheurs, dont le professeur Kevin Whittigstall et son étudiante Samantha Côté, tous deux du Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke.

Au cours de ses travaux, Samantha Côté, qui détient un doctorat en sciences des radiations et imagerie biomédicale, a observé un lien entre le taux de production d’œstrogène et de progestérone et le flux sanguin dans le cerveau des femmes. Elle s’est ensuite demandé si cela pouvait aussi avoir des effets à plus long terme.

Les chercheurs ont donc examiné des données concernant 9163 femmes en postménopause tirées de la UK-Biobank. Ils ont calculé le nombre d’années écoulées entre les premières menstruations au moment de la puberté et les dernières au moment de la ménopause.

Ils ont ensuite ajouté des facteurs au calcul, par exemple en ajoutant des années pour le nombre de grossesses ou en retranchant des années pour la prise de médicaments anovulants.

Il en résulte que les femmes profiteraient d’un effet protecteur clair à partir de 37 années d’exposition aux hormones naturelles. Puis, l’effet est augmenté par les années supplémentaires.

Comme la moyenne s’élève à 39 ans d’exposition aux hormones parmi les 9163 cas étudiés, il semble que bon nombre de femmes profitent de ces bénéfices.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Ugo Giguère, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

La proportion des jeunes avec un trouble anxio-dépressif atteint un sommet au Québec

La proportion des jeunes Québécois qui ont un trouble anxio-dépressif atteint un sommet, alors que 8,4 % des 15 à 29 ans ont reçu un diagnostic en 2021-2022. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes, selon une mise à jour de cet indicateur publiée vendredi par l'Institut de la statistique du Québec. Les données montrent qu'en ...

durée Hier 12h00

Un programme est lancé pour outiller les familles migrantes dans le système de santé

Un programme pilote de deux ans vient d'être lancé par l'Hôpital de Montréal pour enfants (Le Children) et l'Hôpital St. Michael de Toronto pour aider les familles migrantes à naviguer dans le système de santé, plus particulièrement pour les jeunes aux prises avec une maladie chronique. Le programme vise à donner de l'information aux familles, ...

23 mai 2024

Sonia Bélanger a bon espoir d'élargir les soins palliatifs sans les agences privées

La ministre responsable des Aînés et ministre déléguée à la Santé, Sonia Bélanger, veut élargir l'accès aux soins palliatifs. Mais dans le contexte de la fin du recours aux agences privées, certains s'inquiètent de la faisabilité de cet objectif par manque de ressources. Dans le cadre d'un webinaire sur les soins palliatifs organisé jeudi par le ...