Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Selon une recherche de l'Université Columbia

L'eau embouteillée contiendrait de grandes quantités de plastiques microscopiques

durée 15h00
23 janvier 2024
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

L'eau embouteillée pourrait contenir jusqu'à cent fois plus de fragments microscopiques de plastique qu'on ne le croyait jusqu'à présent, prévient une nouvelle étude américaine.

Utilisant une nouvelle technique d'imagerie ultra-sophistiquée au laser, des chercheurs de l'Université Columbia ont ainsi mesuré que chaque litre d'eau embouteillée peut contenir jusqu'à 370 000 particules de microplastiques, ou même de nanoplastiques.

«J'ai été surpris par le nombre de particules décrit et ça m'a étonné, a commenté le professeur Thierry Ollevier, du département de chimie de l'Université Laval. Je ne m'attendais pas à une valeur aussi élevée et honnêtement, ça m'a inquiété. J'avais déjà des craintes par rapport à ce type de produit, mais je dois dire que ça m'a encore plus inquiété que je l'étais.» 

Ces particules microscopiques sont si petites qu'elles peuvent entrer dans la circulation sanguine après avoir été ingérées ou respirées. Dans le cas d'une femme enceinte, elles peuvent même franchir la barrière placentaire pour se rendre jusqu'au fœtus. 

Leur impact sur la santé humaine est encore mal compris, mais ces particules interfèrent possiblement avec le fonctionnement de certains organes (dont le cerveau) et avec celui du système reproducteur. Elles pourraient aussi avoir des propriétés cancérogènes, être une source de stress oxydatif et imiter l'action de certaines hormones (ce qu'on appelle des perturbateurs endocriniens). 

Les résultats de l'étude démontrent que chaque litre d'eau embouteillée peut renfermer entre 110 000 et 370 000 particules de plastique. Environ 90 % de ces particules sont des nanoplastiques, le reste étant des microplastiques plus volumineux. 

Ces particules sont notamment composées de polystyrène, de chlorure de polyvinyle, de polyméthacrylate de méthyle et de polyéthylène téréphtalate. C'est de ce dernier plastique que sont composées les bouteilles elles-mêmes. Il contamine possiblement l'eau quand la bouteille est serrée ou exposée à la chaleur, ou encore quand le bouchon s'use en étant ouvert et refermé à répétition. 

Les chercheurs ont aussi trouvé dans l'eau des particules de polyamide, un type de nylon qui provient possiblement des filtres que l'eau traverse avant d'être embouteillée. 

«Un certain nombre de consommateurs pensaient que l'eau (embouteillée) pouvait être plus pure ou mieux purifiée, a noté le professeur Ollevier. Mais (cette étude) remet cette problématique dans un contexte complètement différent.» 

Les chercheurs ont réussi à identifier sept types différents de plastique. Ils soulignent toutefois que ces sept plastiques ne représentent que 10 % des nanoparticules trouvées dans l'eau ― ce qui signifie qu'ils ne savent pas de quoi sont composées 90 % des nanoparticules. 

Ces nanoparticules peuvent être «n'importe quoi», admet un document mis en ligne par l'Université Columbia. Mais si toutes ces nanoparticules sont des nanoplastiques, «alors chaque litre d'eau pourrait en contenir des dizaines de millions». 

«Je pense que ça porte le débat à un tout autre niveau», a estimé le professeur Ollevier. 

La taille des microplastiques va d'un micromètre (soit un millionième de mètre) à environ cinq millimètres. On mesure la taille des nanoplastiques en milliardièmes de mètre. En guise de comparaison, la circonférence d'un cheveu humain est d'environ 70 micromètres. 

Une première étude, menée en 2018, avait mesuré environ 325 particules par litre d'eau, mais les experts se doutaient que cela sous-estimait probablement grandement la réalité. On ne disposait toutefois pas de techniques fiables pour entrer dans le monde «nano», sous la barre du micromètre. 

La nouvelle méthode développée par une équipe de Columbia ― et dont les détails sont incompréhensibles pour les néophytes, à part peut-être le fait qu'elle utilise des lasers et (évidemment) un algorithme ― a permis de contourner cet obstacle.

«Il y a vraiment là une problématique à laquelle on doit s'intéresser, a dit le professeur Ollevier. On ne parle plus seulement de continents de plastique (qui flottent dans l'océan). On parle de tailles qu'on ne peut pas voir à l'œil nu. C'est beaucoup plus pernicieux.» 

Les conclusions de cette étude ont été publiées par le journal scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences. 

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

La fumée de cigarette et les rayons UV accéléreraient le vieillissement de la peau

L'effet combiné de la fumée de cigarette et des rayons UV semble accélérer le vieillissement prématuré de la peau, prévient une étude dirigée par une chercheuse de l'Université Laval. Ce serait l'une des premières fois que des scientifiques s'intéressent à l'impact combiné sur la peau de ces deux facteurs, qui ont souvent été étudiés ...

durée Hier 9h00

Imposition des dédommagements pour Phénix: entente entre Revenu Canada et l'AFPC

Une entente est finalement intervenue entre l'Agence du revenu du Canada et l'Alliance de la fonction publique du Canada concernant l'imposition des dédommagements versés pour les ratés du système de paie Phénix. Le grand syndicat pancanadien de fonctionnaires se battait depuis longtemps pour que ce dédommagement versé aux travailleurs victimes ...

23 février 2024

Les outils pour cesser de fumer sont connus, mais peu utilisés par les fumeurs

Une recherche indique que même si une majorité de fumeurs et d’anciens fumeurs récents du Québec connaissent les services d’aide pour renoncer au tabagisme, peu les utilisent.  Un document publié jeudi par l’Institut national de santé publique (INSPQ) ajoute que même les aides pharmacologiques et les services bien connus sont relativement peu ...